S’il n’y avait pas eu des pluies torrentielles en 1992 ainsi que quelques orages violents en 1995, la réserve naturelle de Nahal Taninim que nous connaissons aujourd’hui en Israël n’existerait tout simplement pas.

Mais heureusement pour nous, les amoureux de la nature, l’eau qui coule dans la mer près des kibboutzim Ma’agan Michael et Zikhron Yaacov inondait l’autoroute Tel Aviv-Haïfa à chaque fois, et les autorités ont alors décidé qu’elles devaient prendre des mesures.

Le problème venait d’un barrage que les Romains avaient construit il y a deux millénaires pour transporter l’eau de Nahal Taninim à la ville côtière de Césarée.

Dans le cas de grave averse, le lac d’environ 600 hectares formé par le barrage était rempli à ras bord. Et quand les ouvertures creusées par les Romains dans les murs de barrages se bloquaient avec des débris, le trop-plein se retrouvait sur la route.

Depuis cinq ans, les organismes compétents ont travaillé ensemble, en essayant de décider de ce qu’il fallait faire. En 2000 finalement, avec l’aide du Fonds national juif (KKL), les travailleurs des Autorités israéliennes des Antiquités et de l’Autorité de drainage ont commencé à dégager le barrage et à nettoyer ses murs.

Le barrage de Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Le barrage de Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Mais le projet a amené des résultats inattendus. Trois ouvertures en arc dans le mur du barrage, jusqu’ici inexplorées, ont été mises en lumière. Ainsi que de larges parties de la paroi et six moulins à farine, avec de nouveaux morceaux des deux aqueducs existants et d’un troisième conduit qui était couvert de vase.

Quelques-unes des 3 000 sources de la région ont fait irruption sur la surface du barrage nouvellement mis au jour et ont créé un tout nouveau lac.

La réserve actuelle Nahal Taninim, qui a ouvert au début des années 2000, est magnifiquement entretenue et comprend le lac, une rivière, la flore, la faune, les carrières, un aqueduc assez haut pour pouvoir marcher à travers, et l’ensemble du barrage antique.

La zone de moulin à farine (Crédit : Shmuel Bar-Am)

La zone de moulin à farine (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Accordez-vous quelques heures pour explorer les sites historiques, vous arrêter et vous reposer sous l’ombre des arbres, près de la superbe rivière Taninim.

Vers le début de la route circulaire à travers la réserve, il y a un long canal étroit appelé l’« aqueduc inachevé ». Les Romains n’auraient eu aucun problème à sculpter en extérieur, car ils avaient beaucoup d’esclaves et de soldats. Mais la raison pour laquelle ils ont fait cela reste un mystère, car cela ne mène tout simplement nulle part.

Toute la famille pourra profiter de la marche par l’aqueduc. Comme les murs sont hauts, notez comment les parois de la roche sont restées lisses. C’est la preuve que cet aqueduc n’a jamais été utilisé pour transporter de l’eau.

L'aqueduc (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’aqueduc (Crédit : Shmuel Bar-Am)

À l’époque byzantine, les résidents locaux ont profité du barrage pour faire marcher une douzaine de moulins à farine.

L’une des découvertes les plus intéressantes au cours du développement de la réserve était une roue à eau verticale de cette première période. Rares en Israël parce qu’elles nécessitaient beaucoup d’eau, les quelques roues hydrauliques verticales qui ont été découvertes dans ce pays remontent seulement à l’époque des Croisades.

Sur votre chemin vers le lac, cherchez une roue à aubes reconstruite et les signes et dessins explicatifs.

Les Turcs qui ont gouverné la Palestine du 16ème au 20ème siècle ont utilisé une méthode différente pour mettre les roues en mouvement. Ils ont construit des pentes raides qui menaient du sommet du barrage au moulin : la pression de l’eau résultante faisait tourner une roue hydraulique horizontale qui, à son tour, a déplacé les meules.

La roue à eau (Crédit : Shmuel Bar-Am)

La roue à eau (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Les fleurs ont poussé dans de nombreuses parties de la réserve. L’automne apporte des masses de grands scilles, signes avant-coureurs de la pluie ; les crocus d’hiver apparaissent peu de temps après et plus tard les cyclamen commencent leur floraison dans le sol rocheux. Au début du printemps, ce sont les coquelicots, les anémones et les asphodèles qui commencent à fleurir.

Le chemin qui mène du lac à la partie supérieure du pont est appelée « la piste des ânes » du nom des ânes qui transportaient la farine des moulins jusqu’à la route. Suivez le chemin vers le pont pour bien voir les ouvertures récemment découvertes près du mur de barrage.

L’une d’elles dispose d’une porte en bois reconstituée montrant comment le débit était régulé dans les temps anciens. Toutes les ouvertures avaient des portes en bois qui ont été construites en bois d’orme, en frêne syrien et en pin.

Tubes et carrière à Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Tubes et carrière à Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Un jeu de plateau vieux de 2 000 ans est coincé dans le sol et s’appelle Mankala. Originaire d’Afrique, il se compose d’un plateau avec deux rangées de sept creux chacun.

Les participants utilisaient des coquillages, des graines ou des pierres tout en jouant au Mankala, et le joueur qui a fini avec le plus de pièces dans son jeu est le gagnant.

Le chemin traverse la rivière Ada, avec son feuillage mince. Bien que la qualité de la rivière se soit améliorée au cours des dernières années, elle est encore malheureusement polluée par les déchets de l’usine à proximité.

Le lac à Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Le lac à Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Mais les visiteurs oublient que quand ils atteignent la rivière Taninim, celle-ci avec son débit fantastique, contient 14 sortes de poisson, tortue d’eau douce, crapaud, grenouille, crabe et loutre de mer. Les loutres de mer ne peuvent vivre que dans de l’eau non contaminée, et sur la côte israélienne, elles ne se trouvent qu’à Nahal Taninim.

La rivière Taninim (« la rivière aux crocodiles ») doit probablement son nom à l’époque romaine, alors que les voyageurs rapportaient avoir aperçu des crocodiles du Nil dans l’eau.

Certains experts pensent qu’ils ont peut-être été apportés dans cette région pour combattre les esclaves dans les arènes de Césarée alors qu’ils auraient pu arriver par la Méditerranée après un très long voyage. Les crocodiles ont continué à vivre dans la rivière pendant des milliers d’années, mais la dernière de ces créatures a été abattue au début du 20ème siècle.

Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Si vous visitez la rivière Taninim et, comme certains touristes, vous vous attendez à trouver des flots rivalisant avec ceux du Mississippi – ou des phénomènes naturels à l’échelle de Niagara Falls – vous risquez d’être déçus avec cette réserve naturelle.

Mais si vous gardez à l’esprit que c’est Israël, après tout, et que la rivière Taninim est la dernière rivière non polluée de manière naturelle dans l’ensemble de la zone côtière, vous passerez un excellent moment..!

Aviva Bar-Am est l’auteur de sept guides de langue anglaise à Israël.

Shmuel Bar-Am est un guide agréé qui fournit, des visites privées personnalisées en Israël pour les individus, les familles et les petits groupes.