Le parti au pouvoir en Afrique du Sud condamne Israël comme une nation fondée sur l’apartheid, et qualifie sa création de « crime contre l’humanité ».

Cette déclaration a été faite dans un communiqué publié ce week-end, tandis que le lobby anti-Israël d’Afrique du Sud devait protester contre une conférence organisée dimanche par le Conseil sud-africain des députés juifs (SAJBD) à Johannesburg.

« Nous intensifions notre campagne visant à boycotter et à isoler Israël comme un Etat fondé sur la base de l’apartheid, qui, selon le droit international et plusieurs conventions de l’ONU, est un crime contre l’humanité », émet la déclaration, cosignée par le secrétaire général du Congrès national africain, Gwede Mantashe.

Les membres de l’Alliance – l’ANC, le Parti communiste, le Congrès des syndicats sud-africains et l’Organisation nationale d’éducation civique d’Afrique du Sud – ont prêté serment de « solidarité éternelle avec le peuple de Palestine » et approuvé le mouvement appelant au boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël.

Enfin, le groupe a exhorté les travailleurs du secteur des transports des quais et aéroports sud-africains à refuser de traiter les produits à destination d’Israël, et les vendeurs au détail à refuser les articles fabriqués en Israël ou en provenance d’Israël.

Dimanche, le SAJBD devait tenir une conférence sous le thème « Célébrer les 20 ans de liberté de l’Afrique du Sud », soulignant le rôle de la communauté juive dans la lutte contre l’apartheid. Un responsable de l’ANC, David Makhura, devait prendre la parole lors de l’événement, mais aurait annulé son intervention.

Plusieurs groupes anti-israéliens ont salué l’annulation de Makkhura. « Cette non-participation du Camarade Makhura est la bienvenue, car il n’y a aucune raison qu’un dirigeant de l’ANC participe à une plate-forme hébergée par le SAJBD », a déclaré Muhammed Desai, leader sud-africain du mouvement BDS, dans un communiqué de presse.

« Le SAJBD se révèle être une bande d’hypocrites ; nous les informons de nous épargner leurs commentaires de célébration et leur rhétorique de liberté tandis que d’autre part, ils soutiennent le génocide israélien dirigé contre la Palestine », dit-il dans un communiqué.

« Le ANCYL à Gauteng se lancera dans une action de protestation contre la conférence du Conseil sud-africain des députés juifs (SAJBD) qui a lieu aujourd’hui, dimanche 14 septembre 2014, au Sandton, sous le thème ‘Célébrer les 20 ans de liberté en Afrique du Sud’ », a-t-il ajouté.

Le SAJBD a publié sur son site Internet : « L’objectif de la conférence sera de célébrer le 20e anniversaire de la démocratie en Afrique du Sud et d’engager une discussion d’actualité sur des questions du développement de l’Afrique du Sud et de sa citoyenneté. »

Et de poursuivre : « Pendant les années d’apartheid, bien que constituant une petite minorité de la population, la communauté juive a joué un rôle disproportionné dans la lutte pour la démocratie. »

Les relations entre Jérusalem et Pretoria ont été glaciales pendant des années et se sont encore détériorées après l’opération Bordure protectrice cet été, lorsque l’ANC a publié une déclaration comparant les actions d’Israël à celles de l’Allemagne nazie et accusant Jérusalem de transformer les territoires palestiniens en « camps de la mort permanents ».