L’armée va sévir « fermement » contre les soldats qui apparaissent sur les réseaux sociaux avec des slogans racistes appelant à venger le meurtre de trois jeunes Israéliens, a annoncé mercredi un porte-parole militaire.

« L’envoi d’images racistes et les appels à agresser des innocents est quelque chose de grave qui ne correspond pas à ce qu’on attend d’un soldat israélien », a souligné le porte-parole dans un communiqué.

Cette annonce intervient alors que les messages appelant à « venger » la mort des trois adolescents Israéliens en agressant des Palestiniens se multiplient sur les réseaux sociaux, et après qu’un jeune Palestinien ait été enlevé et tué mercredi, apparemment en représailles.

La ministre de la justice, Tzipi Livni, a condamné ces publications, affirmant à la radio militaire que « lorsque des soldats en armes apparaissent sur les réseaux sociaux près de pancartes où est écrit ‘mort aux Arabes’ ils doivent en payer le prix ».

« On ne peut se permettre de constater seulement ces faits sans rien faire, il faut agir comme le prévoit la loi », a-t-elle ajouté.

Le porte-parole militaire a mis en garde les soldats, affirmant que « tous les cas qui seront constatés seront traités avec toute la fermeté requise par les commandants ».

« Il est dommage que le sentiment de deuil national soit exploité par des éléments politiques qui se livrent à des provocations et incitations en tentant d’impliquer l’armée », a-t-il ajouté.

Près de 200 personnes ont pris part mardi à une manifestation anti-arabe à Jérusalem qui a dégénéré en « chasse aux Arabes », selon des témoins. La police a annoncé avoir arrêté 47 manifestants soupçonnés de s’être livrés à des agressions anti-palestinienne ou des violences contre les forces de l’ordre.