Le ministre de la Communication Gilad Erdan avait annoncé le 6 mars qu’Israël abolirait sa taxe controversée sur la télévision en 2015, en vue d’une réforme de la télévision publique.

Ce dimanche, le cabinet a voté pour soutenir ce projet de loi mettant fin à l’Autorité de radiodiffusion d’Israël (IBA). Une nouvelle entité de radiodiffusion publique sera créée à sa place, et la taxe sur la télévision sera supprimée en 2015.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué les réformes tant attendues.

« Ces réformes ont été présentées à une douzaine de comités et ont été adoptées par le gouvernement israélien. Maintenant, nous avons enfin pris conscience de ces réformes. D’abord et avant tout : tous les citoyens israéliens cesseront de payer des frais de licence de télévision à partir de l’année prochaine, cela signifie la suppression de la taxe dont chaque famille s’acquitte, soit un peu plus de 300 shekels, » a indiqué Netanyahu lors du conseil des ministres hebdomadaire.

Netanyahu a également exprimé son soutien aux employés de l’IBA, qu’il souhaite voir intégrer la nouvelle entité.

« Les employés de qualité [de l’IBA], et ils sont nombreux, vont continuer à travailler dans le nouveau dispositif, et les employés qui prennent leur retraite bénéficieront de conditions appropriées et équitables », a-t-il affirmé.

« Je pense que cette réforme est essentielle. Nous voulons un service de radiodiffusion public fort. Il doit être efficace et doit subir un changement que nous réclamons depuis de nombreuses années. »

Tout en reconnaissant que le projet de loi « n’est pas dénué de problèmes » et devra être modifié, Netanyahu a fait l’éloge du ministre de la Communication Gilad Erdan pour avoir créé un projet de loi pourvu « d’une orientation claire. »

Pour sa part, Erdan a remercié le Premier ministre et a déclaré que le projet de loi ferait place à une meilleure télévision publique.

L’organe de remplacement vise à créer trois réseaux de télévision différents : un réseau en hébreu, un en arabe et un réseau pour enfants.

Depuis 1965, tout ménage israélien muni d’un poste de télévision – qu’il utilise soit pour le câble, soit le satellite ou uniquement pour regarder des vidéos – était obligé de payer une taxe annuelle de télévision qui aidait à financer l’IBA.

Aujourd’hui, la taxe s’élève à 345 shekels par an.