Les organisations de défense des droits de l’Homme ont appelé le président serbe Tomislav Nikolic à s’excuser après avoir dit, au cours d’une cérémonie de commémoration de la Shoah, que les nazis ciblaient les Juifs à cause de leur sur-représentation dans certains professions.

Nikolic « diffuse des stéréotypes sur le peuple juif, en disant que cette minorité était « sur-représentée dans les professions prestigieuses, » affirme une déclaration du 28 janvier, signée par plusieurs observateurs des droits de l’Homme et groupes de la société civile basés à Belgrade.

Parmi les signataires, l’on trouve les représentants de Belgrade pour le Lawyers Committee for Humans Rights et le Committee for Human Rights d’Helsinki.

Dans son discours du 27 Janvier, rapporté par la société de diffusion gouvernementale la Voix de la Serbie, Nikolic a déclaré que les nazis, « voyaient dans le peuple juif la plus grande menace, probablement à cause de sa particularité et de la place importante qu’il occupe dans les professions prestigieuses liées à la finance, à l’art et aux sciences ».

Il s’exprimait dans le cadre de la cérémonie en l’honneur de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, qui commémorait la libération d’Auschwitz en 1945.

Nikolic, qui entretient des relations amicales avec Israël, parlait en présence de l’ambassadeur d’Israël, des membres de la communauté juive de Serbie, et de survivants de l’Holocauste, et avait fait du devoir de mémoire le point central de son discours.

« La Shoah a été l’événement le plus honteux et abominable dans l’histoire de l’Humanité », a-t-il affirmé. « Dans un acte de fanatisme et de cruauté unique, un grand nombre d’êtres humains ont trouvé la mort très vite, et ceci ne doit jamais être oublié. ».

La déclaration signée par les groupes et les militants des droits de l’Homme n’accuse toutefois pas d’antisémitisme Nikolic, dont la politique est nationaliste, mais suggère plutôt que ses conseillers étaient mal préparés.

Les remarques de Nikolic « témoignent de la très mauvaise préparation de ses déclarations publiques, de son ignorance et de son insensibilité aux droits humains », a indiqué le communiqué.