Le soldat franco-israélien de Hébron face à une inculpation pour homicide
Rechercher

Le soldat franco-israélien de Hébron face à une inculpation pour homicide

« il y a eu des développements très importants au cours des deux derniers jours », a expliqué le procureur

Les soldats israéliens portant le corps d'un Palestinien qui a poignardé un soldat dans la ville de Hébron en Cisjordanie le 24 Mars 2016 (Crédit : Wissam Hashlamon / Flash90)
Les soldats israéliens portant le corps d'un Palestinien qui a poignardé un soldat dans la ville de Hébron en Cisjordanie le 24 Mars 2016 (Crédit : Wissam Hashlamon / Flash90)

Les procureurs militaires a annoncé que le soldat israélien, qui a tiré sur un terroriste palestinien désarmé dans la tête la semaine dernière à Hébron, fait face à des accusations d’homicide involontaire et non pas d’assassinat.

Le journal Maariv a cité le procureur : « il y a eu des développements très importants au cours des deux derniers jours », qui ont conduit à la décision de changer l’enquête pour homicide involontaire.

La décision a été annoncée alors que le soldat, dont l’identité n’a pas été révélée, de la Brigade Kfir comparaît devant le tribunal militaire de Qastina.

Les députés arabes israéliens de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi et Oussama Saadi, ont condamné la décision du procureur militaire d’inculper le soldat de hébron, qui a tiré sur un Palestinien désarmé à Hébron la semaine dernière, d’homicide involontaire et non de meurtre.

« C’est un soldat qui a commis un acte meurtrier, comme on le voit clairement sur la vidéo et la décision [de l’inculper d’homicide] a été influencée par les commentaires du Premier ministre, qui [nous] a demandé de considérer la famille du soldat », ont affirmé les deux députés.

Ils ont ajouté que la décision « prouve encore une fois que de tels incidents doivent être examinés par un tribunal international pour crimes de guerre ».

« Nous ne sommes pas surpris que nous avions pas placé nos espoirs sur le juge de l’armée d’occupation », ont précisé les législateurs, ajoutant que l’armée israélienne devrait également « enquêter et punir les soldats et les officiers et le personnel médical qui étaient là et qui n’ont pas soulevé un doigt avant ou après l’assassinat ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...