L’Egypte a contrecarré une tentative d’attaque menée par des terroristes affiliés à l’Etat islamique.

Ils souhaitaient frapper des cibles israéliennes en mer méditerranéenne le mois dernier, annonce la Deuxième chaîne lundi.

Les terroristes ont détourné un bateau lance-missiles de la marine égyptienne pour mener cette attaque, précise le reportage télévisé. Mais ils ont été arrêtés en mer par un navire qui les avait pris en chasse. On pense que huit personnes ont été tuées dans la bataille qui s’en est suivie.

Au moment de l’incident, le 12 novembre, l’armée égyptienne avait déclaré que l’un de ses navires avait subi une attaque « terroriste » en Méditerranée.

Elle avait ajouté que cinq militaires avaient été blessés et huit autres portés disparus en mer. Les quatre bateaux utilisés par les terroristes ont été détruits et 32 des militants présumés ont été arrêtés et soumis à des interrogatoires, avait indiqué l’armée dans un communiqué à l’époque.

Ajoutant de nouveaux détails à ce compte-rendu, le reportage de la télévision israélienne indique que les extrémistes sunnites liés à l’Etat islamique ont « mis en scène un accident » et ont pu prendre le contrôle temporaire du bateau lance-missiles de la marine égyptienne.

Ils ont réussi à quitter le port de Damiette, et souhaitaient attaquer des bateaux et/ou des installations de gaz israéliens en Méditerranée.

Les autorités navales égyptiennes, réalisant que quelque chose n’allait pas sur la base des échanges radio de routine avec le navire détourné, ont envoyé d’autres navires à la poursuite de ce dernier et « ils ont réussi à neutraliser » les terroristes.

Le reportage de la télévision ne précise pas la source de cette nouvelle information. Il a juste souligné la coopération très étroite qui existe entre les marines égyptienne et israélienne.

L’agence de presse officielle égyptienne MENA avait rapporté le 12 novembre qu’un navire de la marine avait été incendié lors d’un échange de tirs avec des terroristes à environ 70 kilomètres au large des côtes de l’Egypte. Ils avaient précisé que l’armée de l’air égyptienne avait également été appelée en renfort au moment de l’incident.