L’Egypte est parvenue à empêcher la sortie illégale d’antiquités juives que des trafiquants tentaient d’envoyer en Belgique, a annoncé vendredi le ministère des Antiquités.

Parmi les pièces que les autorités ont interceptées à Damiette, dans le nord du pays, figurent 11 boîtes en bois, utilisées pour entreposer les rouleaux de la Torah, quatre encensoirs ainsi qu’une couronne et qu’un couteau en argent, précise le ministère dans un communiqué.

« Il semble que ces pièces ont été prises dans des synagogues puisqu’elles sont toutes utilisées pour le rituel religieux juif mais nous ne savons pas d’où elles viennent car elles n’étaient pas enregistrées auprès du ministère des Antiquités », a expliqué à l’AFP Tareq Zaher, un responsable du ministère.

Toutes ces pièces, qui portent des inscriptions en hébreu et sont frappées d’étoiles de David, datent de plus d’un siècle, a-t-il précisé.

Il reste peu de traces du patrimoine juif égyptien, même si récemment la grande synagogue du centre-ville du Caire a été restaurée.

Quelques dizaines de juifs seulement vivent encore au Caire et à Alexandrie, dans le nord, en grande majorité des dames très âgées, sur 85 millions d’Egyptiens, alors qu’ils étaient plus de 80 000 au début des années 1950 avant le grand exil forcé de l’ère Nasser.