Le frère d’un Palestinien arrêté comme le chef de file d’une cellule terroriste qui a enlevé et assassiné trois adolescents israéliens en juin, et soupçonné d’avoir financé l’attaque, aurait encouragé des liens étroits avec le Hamas après son départ vers Gaza, selon des sources de sécurité palestiniennes.

Mahmoud Ali Kawasmeh était l’un des détenus palestiniens expulsés vers Gaza dans l’échange de prisonniers de 2011 dans le cadre de l’accord Gilad Shalit.

Il est soupçonné d’avoir financé et planifié l’attaque dans laquelle trois adolescents israéliens Gil-ad Shaar, Eyal Yifrach et Naftali Fraenkel ont été enlevés et tués près de Hébron, le 12 juin.

Désormais, ses liens avec l’attaque et le Hamas impliquent probablement davantage le groupe terroriste dans les meurtres. Israël a toujours accusé le Hamas, bien que sa direction ait toujours nié toute connexion à cet attentat.

Le frère de Mahmoud Kawasmeh, Hussam, a été récemment arrêté par le Shin Bet et par l’unité de police antiterroriste, près de Jérusalem.

Hussam Kawasmeh a admis lors de son interrogatoire qu’il était le commandant en chef des deux ravisseurs, Marwan Kawasmeh et Omar Abou Aysha. Tous les quatre vivaient dans la même région, près de Hébron.

Mahmoud Kawasmeh est connu comme un opérationnel du Hamas qui a été emprisonné en Israël jusqu’à l’affaire Gilad Shalit. Après sa libération, il a été expulsé vers la bande de Gaza selon les termes de l’accord, qui obligeaient également les anciens prisonniers à ne pas retourner au terrorisme.

Kawasmeh, cependant, a continué à travailler avec des membres de l’aile militaire du Hamas, sur des tentatives d’attaques terroristes en Cisjordanie. Il a maintenu des contacts avec des agents terroristes à Hébron, ainsi que sur d’autres villes comme Tulkarem.

Selon des sources palestiniennes, Mahmoud Kawasmeh avait lancé et planifié l’enlèvement avec son frère Hussam. De hauts responsables de l’aile militaire du Hamas étaient au courant du plan, et lui ont donné de l’argent pour financer l’attaque. Les ravisseurs avaient besoin de véhicules, de plaques d’immatriculation israéliennes, d’armes et de maisons d’hébergement.

Israël ne s’est pas empressé de blâmer les hauts dirigeants du Hamas pour l’enlèvement et l’assassinat. Les responsables israéliens ont affirmé qu’il y avait une directive générale pour un enlèvement et un financement pour cela, mais qu’il n’y avait encore aucune preuve d’un ordre direct de kidnapper les adolescents.

Après son arrestation, Hussam a admis avoir reçu de l’argent pour l’attaque venant de membres du Hamas dans la bande de Gaza.

Hussam Kawasmeh a révélé que les meurtriers présumés, Marwan Kawasmeh et Amer Abou Aysha, se sont rendus chez lui après avoir tué les trois jeunes. Ensemble, ils ont voyagé à la parcelle de terrain de Halhoul qui avait été acheté par Kawasmeh par avance. Là, ils ont enterré les trois.

Hussam a également aidé les deux tueurs à se cacher alors que les forces de sécurité israéliennes s’étaient mises à leur recherche dans toute la Cisjordanie, a rapporté le quotidien Haaretz, citant le service de sécurité du Shin Bet.

L’enlèvement des adolescents a déclenché une opération de recherche massive et de répression contre le Hamas en Cisjordanie, avec des centaines de membres arrêtés.

La tension s’est encore intensifiée après que les corps des adolescents aient été retrouvés à l’extérieur de Hébron à la fin du mois de juin, et qu’un adolescent de Jérusalem-Est ait été tué par un Juif israélien dans une attaque qui constituait apparemment une vengeance, suscitant des troubles dans tout le pays et en Cisjordanie ainsi que des tirs de roquettes sur Israël.

Le 8 juillet, Israël a lancé l’opération « Bordure protectrice » pour contrecarrer les tirs de roquettes par des frappes aériennes et plus tard a effectué une incursion terrestre limitée dans la bande de Gaza pour détruire un réseau de tunnels d’attaque transfrontalier.