Les chefs de mission de l’Union européenne (UE) à Jérusalem-Est et à Ramallah appellent à inclure la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement terroriste du Hamas, dans tout accord de paix avec Israël, dans un rapport dont l’AFP a obtenu copie mercredi.

Ils rappellent également qu' »en tant que puissance occupante, Israël porte la responsabilité principale de la situation à Gaza », mais affirment qu’une « renonciation catégorique à la violence par le Hamas transformerait la situation à Gaza ».

« Par conséquent, il y a un besoin vital de réconciliation intra-palestinienne afin de préserver la solution à deux Etats », ajoutent-ils, en référence à la laborieuse réconciliation entre le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et Gaza.

« Seul un accord global entre les parties (israélienne et palestinienne, NDLR) pourrait être assez fort pour persuader le Hamas de consentir à la tenue d’un référendum populaire – comme le président Abbas l’a promis à la fois en Cisjordanie et à Gaza », arguent-il.

Le Hamas, qui ne reconnaît pas Israël et rejette les négociations, s’est cependant engagé à plusieurs reprises à respecter les résultats d’un référendum sur un éventuel accord de paix.

Le Fatah et le Hamas ont signé en 2011 au Caire, sous médiation égyptienne, un accord de réconciliation pour mettre fin à la division politique entre les deux territoires.

Mais la plupart des clauses en sont restées lettre morte et les échéances ont été constamment repoussées.