Les Juifs de France sont « bien intégrés » mais « disposent de lobbys très puissants » – sondage
Rechercher
Le Point, qui a commandé ce sondage" data-image_url="https://static.timesofisrael.com/fr/uploads/2017/12/Elisabeth-badinter.jpeg" data-image_width="390" data-image_height="250">

Les Juifs de France sont « bien intégrés » mais « disposent de lobbys très puissants » – sondage

"Ce sondage me surprend énormément et me déçoit. Quelle étrange contradiction…," affirme Elisabeth Badinter au magazine Le Point, qui a commandé ce sondage

Les dernières années ont vu Elisabeth Badinter s'engager de manière de plus en plus active contre les actes antisémites (Crédit: Wikimedia commons/Anaaaanaaas)
Les dernières années ont vu Elisabeth Badinter s'engager de manière de plus en plus active contre les actes antisémites (Crédit: Wikimedia commons/Anaaaanaaas)

« Ce sondage me surprend énormément et me déçoit, » explique l’écrivain et philosophe Elisabeth Badinter au magazine Le Point qui lui demande de commenter une étude réalisée par Ispsos pour la Fondation du judaïsme français.

« Quelle étrange contradiction… Les juifs sont perçus comme parfaitement intégrés, le sondage le montre bien, et en même temps ces vieux préjugés sur leur argent, leur pouvoir, leur omniprésence supposés dans les médias perdurent. Comme s’il n’y avait pas, sur les 500 000 Juifs de France, des riches et des pauvres, des individus habitant aussi, évidemment, dans des banlieues déshéritées”.

Le sondage montre un ancrage assez profond d’opinions jugées antisémites dans la population.

Selon l’étude, « plus d’un Français sur quatre juge tout à fait ou plutôt vraies la plupart des quatorze affirmations anti-juives qui leur ont été proposées ».

Parmi ces affirmations on trouve les 7 suivantes : « Ils disposent de lobby très puissants » ; « Ils sont plus attachés à Israël qu’à la France » ; « Ils ont beaucoup de pouvoir » ; « Ils sont plus riches que la moyenne des Français » ; « Ils sont trop présents dans la banque et la finance » ; « Ils aiment plus l’argent que les autres Français » ; « Ils sont trop présents dans les médias ».

Le sondage montre aussi un rejet des tenues musulmanes : 61% des sondés se disent inquiets ou agacés lorsqu’ils croisent dans la rue un homme en tenue traditionnelle musulmane.

La philosophe regrette également que peu de manifestations ont eu lieu après les agressions antisémites d’Ilan Halimi, et Sarah Halimi et de la famille juive de Livry-Gargan.

« Comme si les Français non juifs n’étaient pas vraiment concernés, qu’il ne s’agissait là que de l’exportation du conflit israélo-palestinien et qu’il était préférable de ne pas s’en mêler,” regrette-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...