Séville, Espagne – La communauté juive de Madrid a déclaré qu’elle prendrait des mesures juridiques contre un écrivain célèbre qui a cité l’opération de Gaza pour justifier les expulsions passées de Juifs.

Antonio Gala, un dramaturge et auteur primé en Espagne, a fait la déclaration dans un éditorial publié le 23 juillet par le quotidien El Mundo.

« Il n’est pas étrange qu’ils aient été si souvent expulsés », a-t-il écrit en parlant du peuple juif dans son article-édito. « Ce qui est surprenant, c’est qu’ils persistent. Soit ces gens ne sont pas bons, ou alors quelqu’un les empoisonne. Je ne suis pas raciste ».

Dans une lettre à l’éditeur d’El Mundo, David Hatchuel, président de la Communauté juive de Madrid, s’est engagé à « invoquer la protection [juridique] avec toute notre énergie » contre Gala, qui aurait une longue histoire de textes jugés offensants à l’égard des Juifs.

Des centaines de milliers de Juifs ont été expulsés d’Espagne et du Portugal aux 15ème et 16ème siècles dans le cadre de l’Inquisition.

« Nous connaissons très bien cette forme d’agression, et leurs conséquences si nous ne parvenons pas à tracer des lignes rouges », écrit Hatchuel, qui a ajouté que « la défense » de sa communauté contre Gala sera basée sur une clause du code juridique espagnol qui interdit les discours de haine antisémite.

Intitulé « The Chosen », l’article de Gala commence avec l’affirmation selon laquelle « le peuple juif aurait pu faire beaucoup de bien pour l’humanité », mais « ils ne sont pas faits pour coexister ». Il a également affirmé que les Juifs ont « de nouveaux moyens, des avantages avec une nouvelle puissance située ailleurs dans le monde et une communauté de sang invisible ».

En 2009, El Mundo s’est attiré les condamnations des institutions juives en Espagne pour avoir publié un entretien avec l’historien négationniste David Irving, qui a été décrit par El Mundo comme un « expert » et un
« penseur innovateur ».