L’ancien grand rabbin Yona Metzger devrait effectuer une peine de trois ans et demi d’emprisonnement selon les termes d’un accord qu’il serait sur le point de signer.

Metzger plaiderait donc coupable de fraude, de vol, de collusion, d’abus de confiance, de blanchiment d’argent, de délit fiscal et d’acceptation de pots-de-vin. En plus de sa peine d’emprisonnement, l’état va procéder à la saisie d’un appartement enregistré au nom de Metzger dans le centre de Tel Aviv.

Cet accord a été offert après des mois de négociations entre les avocats de Metzger et de hauts-responsables du bureau du Procureur de l’Etat, a indiqué le reportage.

Au mois de mars, l’année dernière, le procès de Metzger avait commencé au tribunal pénal de Jérusalem. Metger était accusé d’avoir accepté la somme d’environ 10 millions de shekels en pots-de-vin à travers diverses organisations à but non lucratif, et d’avoir conservé 7 millions de shekels (soit 1,8 million de dollars) pour lui-même.

Metzger avait démissionné de sa fonction de grand rabbin le 24 juillet 2013 en raison des enquêtes pour fraude lancées à son encontre, juste avant la fin de son mandat de 10 ans. Mezger a été grand rabbin d’Israël de 2003 à 2013.

L'ancien Grand Rabbin ashkénaze Yona Metzger (à gauche) quittant le tribunal de Rishon Lezion le 26 novembre 2013 (Crédit photo: Yossi Zeliger/ Flash90)

L’ancien Grand Rabbin ashkénaze Yona Metzger (à gauche) quittant le tribunal de Rishon Lezion le 26 novembre 2013 (Crédit photo: Yossi Zeliger/ Flash90)

En 2014, l’unité anti-corruption de la police israélienne, connue également sous le nom de Lahav 433, avait ouvert une enquête qui a duré des mois sur des escroqueries présumées liées à Metzger et impliquant des millions de shekels qui auraient prétendument entretenus ses comptes bancaires.

L’affaire avait été transmise au bureau du Procureur de Jérusalem, qui l’avait examinée avant de la confier au procureur général de l’époque, Yehuda Weinstein, qui avait alors fait état des accusations contre Metzger.

La police a expliqué que Metzger avait dissimulé environ 200 000 dollars chez sa soeur à Haïfa, et une perquisition effectuée à son domicile avait permis de mettre la main sur 40 000 shekels (environ 11 300 dollars à l’époque) de liquidités cachées dans divers livres.

A ce moment-là, Metzger avait prétendu que l’argent trouvé à Haïfa provenait d’un héritage, mais l’enquête avait ultérieurement démontré la fausseté de cette allégation.

Selon l’inculpation, diverses organisations à but non lucratif liées au rabbin durant son mandat avaient reçu des millions de shekels en dons, des fonds qui ont été partiellement utilisés par Metzger pour son usage personnel.

En plus de profiter de ces dons octroyés à des causes charitables, le rabbin avait été également accusé d’avoir reçu des pots-de-vin pour influencer ses opinions sur des sujets sur lesquels il était interrogé en tant que grand rabbin.

Israël a deux grands rabbins, l’un ashkénaze – ou d’origine juive européenne – et l’autre sépharade – descendant des communautés juives dans le monde musulman. Parmi les responsabilités qui leur reviennent, la gestion des tribunaux rabbiniques et la régulation de l’industrie de surveillance du marché de l’alimentation kasher.

Metzger avait été désigné à ce poste prestigieux en 2003 avec le soutien des plus hautes autorités rabbiniques ultra-orthodoxes de l’époque.

En 2005, soupçonné d’avoir reçu des avantages de la part d’un hôtel de Jérusalem en échange de faveurs, il avait subi un premier interrogatoire et la police avait recommandé qu’il soit jugé pour fraude et pour abus de confiance.

Mais le procureur général avait alors décidé de ne pas l’inculper, craignant l’échec d’éventuelles poursuites. A la place, il avait écrit un rapport accablant sur Metzger, l’accusant d’avoir menti à la police et recommandant sa démission immédiate.

JTA a contribué à cet article.