Le Palestinien, 37 ans et père de quatre enfants, qui a tué trois Israéliens à Har Adar mardi matin était un homme « complètement normal » et de « bonne composition » qui a travaillé comme homme de ménage pour plusieurs familles de l’implantation, a dit peu après l’attentat l’une des habitantes qui l’avaient employé.

Interrogé sur la radio publique israélienne, Michal Avidor a indiqué qu’elle était « en chemin pour l’école afin de dire à mes enfants que l’homme qui a nettoyé notre maison ces deux dernières années et demi était le terroriste. »

L’homme a été identifié comme Nimer Jamal, 37 ans, du village voisin de Bayt Surik.

Avidor a indiqué qu’elle avait été stupéfaite quand elle avait appris son identité. « J’ai commencé à réaliser quand ils ont dit qu’il s’agissait d’un père de quatre enfants du village. »

« C’était un homme avec qui nous parlions, a-t-elle dit, à qui mes enfants ont donné à manger et à boire. »

Elle a ajouté qu’elle était totalement sous le choc de l’attentat, et que la première chose qu’elle voulait faire en revenant chez elle après avoir parlé à ses enfants était de nettoyer sa maison de fond en comble.

Nimer Mahmoud Ahmed Jamal, qui a tué trois Israéliens et en a blessé un grièvement devant l'implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Facebook)

Nimer Mahmoud Ahmed Jamal, qui a tué trois Israéliens et en a blessé un grièvement devant l’implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Facebook)

Il « a suscité la suspicion » des officiers présents sur les lieux. Il a ensuite sorti un fusil et a tiré sur les Israéliens, dont des policiers des frontières, a déclaré la police.

Le permis de travail du terroriste était uniquement valable pour le travail mené à l’intérieur des implantations israéliennes le long de la « ligne de couture » entre la Cisjordanie et Israël, selon le service de sécurité du Shin Bet. Har Adar est située en deçà de la barrière de sécurité dressée par Israël pour se protéger des attaques palestiniennes.

Dans les heures qui ont suivi l’attaque, des forces de sécurité ont mené un raid dans la maison de l’attaquant. Le Shin Bet a déclaré qu’il n’avait pas d’antécédents judiciaires.