Selon un général iranien du Corps des Gardiens de la révolution, sa force a construit un nouveau système de défense aérienne avancé et top-secret, ont rapporté les médias gouvernementaux iraniens.

Le système, un projet des Gardiens de la révolution, est, selon le général de brigade Hossein Salami, « un système plus avancé que ce qu’ils refusent de nous fournir en raison de leurs intérêts stratégiques de défense aérienne ».

Selon l’agence de nouvelles Fars, ce commentaire se réfère à la décision de la Russie d’annuler la vente du système de missile sol-air S-300 à la République islamique.

Salami déclare que le nouveau système top-secret resterait « confidentiel » et ne serait pas divulgué au public ou aux médias.

Fars souligne qu’un accord datant de 2007 entre Téhéran et Moscou, pour l’achat du système S-300, d’une valeur de 800 millions de dollars, a été annulé par la Russie en 2010. La procédure judiciaire est toujours en cours devant la Cour internationale de justice de Genève.

Salami a également déclaré samedi que les Gardiens détiennent des missiles balistiques qui « identifient la capacité de précision de tirs sur des cibles mobiles. C’est peut-être impossible scientifiquement, mais c’est réel, et les Russes pourraient posséder cette technologie, que même les Américains n’ont pas. »

Le général a également affirmé que les drones iraniens étaient capables de mener des missions de haut calibre « de portée illimitée ». Les troupes des Gardiens de la Révolution « sont au sommet du monde, et renferment des centaines de bataillons de martyrs et des centaines de bataillons de combat dûment entraînés. »