Le producteur et milliardaire israélien d’Hollywood Arnon Milchan, qui se trouve au centre des allégations de corruption qui font actuellement l’objet d’une enquête de police contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, est une personnalité à la fois intrigante et mystérieuse, qui bénéficie d’une liste de contacts extraordinaires dans le cinéma, la politique israélienne et – apparemment – dans le milieu du renseignement israélien.

Ces derniers jours, son nom a été cité à de nombreuses reprises dans l’affaire de Netanyahu – il aurait ainsi été un bienfaiteur majeur pour le Premier ministre et son épouse Sara. Netanyahu, pour sa part, a nié toute malversation.

Milchan, 72 ans, aurait, pendant des années, fait livrer à Netanyahu des cigares de choix – Cohiba Sigla V, Trinidad et Montecristo notamment — et offert à Sara des bouteilles de champagne rosé de la marque Dom Pérignon à plus de 200 dollars l’unité.

Un reportage diffusé sur la Deuxième chaîne a indiqué que l’approvisionnement en cigares aurait été un « véritable pont aérien » qui a toujours continué durant les sept ou huit années du mandat actuel de Netanyahu à la tête du gouvernement.

La valeur globale de ces cadeaux, quant à elle, s’élèverait à des milliers de shekels. L’avocat de Netanyahu a déclaré que le don de cigares, dans un cadre d’amitié, ne présentait rien de délictueux.

Yaakov Weinroth, l'avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, sur la Deuxième chaîne, le 26 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Yaakov Weinroth, l’avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, sur la Deuxième chaîne, le 26 novembre 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Le reportage de la Deuxième chaîne a établi que les cadeaux faits par Milchan à Netanyahu avaient commencé lorsque ce dernier était chef de l’opposition et qu’ils ne se sont pas limités à des cigares de luxe. Ils ont également compris des costumes, des repas cuisinés par des chefs privés, selon la chaîne, et des bijoux pour madame Netanyahu.

On ignore toujours si Netanyahu a fait quoi que ce soit en échange de tels présents, a indiqué le reportage à la télévision. On ignore également si la valeur brute des cadeaux contrevient à la loi. Yaakov Weinroth, l’avocat de Netanyahu, a pour sa part expliqué qu’il n’y avait “aucune trace de délit” dans cette affaire.

Les relations chaleureuses entre Milchan et les politiciens israéliens vont bien au-delà du leader du Likud. C’était un proche de l’ancien Premier ministre et président Shimon Peres, dont il avait même donné le prénom à son fils, a rapporté la Deuxième chaîne.

Il entretenait des relations amicales avec le Premier ministre Ehud Olmert, qui purge actuellement une peine d’emprisonnement pour corruption.

Le producteur hollywoodien avait également organisé une rencontre avant les dernières élections entre Netanyahu et le leader du parti d’opposition de l’Union Sioniste Isaac Herzog, pour évoquer à l’époque la formation d’un gouvernement d’unité qui ne s’était jamais développé.

Des sources proches du Premier ministre ont souligné que Milchan est membre du bureau de la Dixième chaîne, que Netanyahu avait tenté de faire fermer.

Milchan a également présenté au Premier ministre un certain nombre d’acteurs de premier plan de la scène de Hollywood.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, son épouse Sara (au centre) et leur fils Yair aux côtés de l'actrice Kate Hudson lors d'un événement organisé au domicile du producteur Arnon Milchan (à droite), le 6 mars 2014 (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, son épouse Sara (au centre) et leur fils Yair aux côtés de l’actrice Kate Hudson lors d’un événement organisé au domicile du producteur Arnon Milchan (à droite), le 6 mars 2014 (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash90)

Il y a trois ans, dans un documentaire diffusé à la télévision israélienne, Milchan avait offert un aperçu captivant de son travail en tant qu’agent des renseignements israéliens en décrivant son implication dans le programme nucléaire présumé de l’Etat juif lorsqu’il travaillait à Hollywood, dans les années 1970 et 1980.

Milchan, qui a produit des films à grand succès comme “Fight Club,” “Pretty Woman,” “LA Confidential,” “12 Years a Slave” et “The Big Short,” avait donné une interview à la journaliste d’investigation de la Deuxième Chaîne, Ilana Dayan.

Au cours de cet entretien accordé en 2013, Milchan avait évoqué son rôle dans les accords secrets passés sur les armements et sa mission, qui était de favoriser l’achat des technologies dont Israël avait besoin pour fabriquer des armes nucléaires.

“Savez-vous ce que c’est d’avoir une vingtaine d’années [et] que votre pays vous laisse agir comme James Bond ? Wow ! Quelle action ! C’était très excitant”, avait-il déclaré durant l’émission.

Lorsque ses activités marginales dans l’armement ont commencé à être connues, certaines personnalités de l’industrie du cinéma n’avaient plus voulu travailler avec lui, avait confié Milchan à Dayan.

“A Hollywood, on n’aime pas travailler avec un trafiquant d’armes, c’est idéologique”, avait-il expliqué. “On n’aime pas travailler avec quelqu’un qui vend des armements et qui vend la mort. Alors, au lieu de passer une demi-heure avec quelqu’un qui me parlait d’un script, il fallait que je passe trente minutes à expliquer que non, je n’étais pas un trafiquant d’armes”.

L'ancien président Shimon Peres assiste au lancement de la "Mini Coupe du Monde pour la Paix" au stade de Herzliya, le 9 mai 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

L’ancien président Shimon Peres assiste au lancement de la « Mini Coupe du Monde pour la Paix » au stade de Herzliya, le 9 mai 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

Peres, qui était président à l’époque, avait reconnu avoir recruté Milchan. « Arnon est quelqu’un de spécial. C’est moi qui l’ai recruté… lorsque j’étais au ministère de la Défense. Arnon était impliqué dans de nombreuses activités relatives à l’approvisionnement de la défense et aux opérations de renseignement », avait ajouté Peres.

Milchan a également affirmé avoir tenté d’impliquer d’autres personnalités hollywoodiennes à sa mission clandestine, dont feu le réalisateur Sydney Pollack. Pollack aurait ainsi participé à l’achat d’armements et d’équipements militaires pour Israël dans les années 1970 et, selon Milchan, il savait ce qu’il se passait.

“Pollack savait, et je ne voulais pas l’effrayer parce qu’il est américain… Il aurait pu dire ‘non’”, avait dit Milchan. « Il avait dit ‘non de nombreuses fois, mais il avait également dit ‘oui’ de nombreuses fois aussi ».

Milchan avait également admis avoir tenté d’utiliser une star américaine dont l’identité n’a pas été révélée pour attirer un scientifique spécialiste du nucléaire à une réunion privée organisée dans la maison de l’actrice, même si l’entretien ne spécifiait pas si la rencontre avait finalement eu lieu.

Un certain nombre d’acteurs apparaissaient dans le documentaire de la Deuxième chaîne, parmi lesquels Russell Crowe, Ben Affleck et Robert De Niro, qui est un ami personnel de Milchan.

Robert De Niro, (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Robert De Niro, (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

De Niro avait confié à Dayan qu’il avait entendu des choses concernant Milchan mais qu’il n’avait jamais eu confirmation de ces rumeurs. « Je n’étais pas sûr », avait-il dit.

Il y a deux ans, les auteurs Meir Doron et Joseph Gelman ont publié un livre intitulé “Confidential: The Life of Secret Agent Turned Hollywood Tycoon Arnon Milchan,” dans lequel ils affirmaient que Milchan travaillait pour le Bureau des Relations Scientifiques – le Lekem – aujourd’hui disparu. Le bureau clandestin en question s’intéressait à obtenir des informations pour des programmes de défense secrets qui auraient, selon les rumeurs, inclus les programmes de recherche et de développement sur le nucléaire menés par l’état juif.

Le bureau avait été démantelé en 1987 après que le spécialiste de l’US Navy Jonathan Pollard s’est fait surprendre alors qu’il menait une mission d’espionnage pour le compte d’Israël.

Les informations de la Deuxième chaîne ont affirmé que Milchan avait également participé à assurer la livraison des systèmes de défense anti-missiles American Patriot à Israël pendant la guerre du Golfe.