L’Agence juive dévoile le détail de la promotion 2016 des 27 000 nouveaux migrants devenus Israéliens avant le 31 décembre dernier.

Une alyah en légère baisse puisqu’elle concernait 31 000 olim en 2015. Une baisse qui s’explique par le plus petit nombre de Français ayant rejoint Israël en 2016 (5 000 contre 7 900 en 2015) ainsi que la baisse des départs d’Ukraine (5 500 contre 7 221).

Selon le directeur de l’Agence juive, Natan Sharansky : « les hauts taux d’immigration des deux années précédentes s’expliquaient par des facteurs extérieurs qui se sont modifiés ou ont disparu, au moins pour le moment ». Cependant il décèle, en contextualisant ces taux dans le cadre des 15 dernières années « une tendance à la hausse continue (…) spécialement depuis les pays occidentaux ».

L’Agence juive note cependant une forte augmentation de l’immigration de Russie, la plus forte pour cette année 2016 avec 7 000 olim contre 6 600 l’année dernière.

En terme de progression, l’alyah du Brésil est sans doute la plus importante avec un bond de 52,9 %, passant de 497 à 760 nouveaux migrants.

L’alyah 2016 se caractérise aussi par sa jeunesse : 5 150 des olim ont moins 17 ou moins et 9 500 d’entre eux sont âgés de 18 à 38 ans. Le ministère de l’Intégration note aussi que la plupart des nouveaux arrivants ont un bagage professionnel, et que 11 % d’entre eux ont décidé de s’établir à Tel-Aviv, 10 % à Jérusalem et 9 % à Netanya.

Pour Sharansky, « Israël doit maintenant développer de grands efforts pour intégrer ses olim, surtout en leur permettant d’accéder à un travail, et en facilitant la reconnaissance des diplômes ».