Netanyahu rend visite aux familles des 2 policiers druzes tués sur le mont du Temple
Rechercher

Netanyahu rend visite aux familles des 2 policiers druzes tués sur le mont du Temple

Le Premier ministre a rendu hommage aux proches de Haiel Sitawe, 30 ans, et de Kamil Shnaan, 22 ans, dans un contexte de tensions sur les mesures de sécurité adoptées suite à l'attentat

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

L'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant   Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l'attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)
L'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l'attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse, Sara, ont rendu visite mardi soir aux familles des deux agents de police israéliens tués par trois hommes arabes israéliens armés sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet.

Haiel Sitawe, 30 ans, et Kamil Shnaan, 22 ans, qui appartenaient à la communauté druze israélienne, ont été tués lorsque trois terroristes arabes israéliens, utilisant des armes clandestinement introduites sur le mont du Temple, ont émergé du lieu saint, ouvrant le feu et tuant les deux policiers.

Dans la ville druze de Hurfeish, dans le nord du pays, le père de Shnaan, ancien législateur travailliste à la Knesset, a remercié Netanyahu pour cette visite et pour le soutien apporté à sa famille par l’opinion publique.

« Au cours des derniers jours, le peuple juif, dont vous êtes à la tête, nous a montré son adorable gentillesse, et sa beauté », a dit Shnaan. « L’état d’Israël est véritablement le meilleur endroit au monde pour la communauté druze ».

Netanyahu a dit à Shnaan qu’il était « ému » par ses paroles. « Nous sommes venus ici pour vous montrer notre amour », a-t-il dit.

Il a également rendu visite à la famille Sitawe dans la ville voisine de Maghar.

Sitawe avait rejoint la police israélienne en 2012 et avait intégré depuis l’unité responsable de la sécurisation du mont du Temple. Il laisse derrière lui une épouse, Irin, un fils de trois semaines, ses parents et trois frères. Shnaan devait se fiancer cette semaine. Shnaan laisse derrière lui ses parents, un frère et trois soeurs.

La semaine dernière, l’ambassadeur américain en Israël David Friedman s’était également rendu chez les deux familles.

« Rencontré aujourd’hui les familles de Haiel Sitawe et de Kamil Shnaan assassinés la semaine dernière en défendant le mont du Temple », avait écrit Friedman sur Twitter jeudi. « Déchirant. Je prie pour ces deux belles familles ».

L’attentat, ainsi que la décision prise par Israël d’installer des détecteurs de métaux sur le mont, a déclenché des manifestations et des affrontements violents ainsi qu’une flambée diplomatique avec la Jordanie.

Les fidèles musulmans ont boycotté le mont du Temple depuis l’attentat, demandant qu’Israël abandonne toutes les nouvelles mesures de sécurité mises en place suite à l’attaque. Ils ont indiqué que cette initiative venait rompre l’accord de statu-quo délicat entre Israël et la Jordanie.

Malgré le retrait dans la nuit de lundi des détecteurs de métaux et des caméras de sécurité aux entrées du mont du Temple, les fidèles ont continué leur mouvement de protestation mardi, disant qu’ils ne retourneraient pas sur le site avant que les mesures de sécurité ne redeviennent ce qu’elles étaient avant l’attentat.

Mardi dernier, la police a diffusé une séquence vidéo de l’attentat terroriste montrant comment les attaquants avaient été aidés pour entrer clandestinement les armes au sein de la mosquée Al-Aqsa dans la matinée de la fusillade.

Les fidèles musulmans ont affronté la police pendant plusieurs jours aux abords de la Vieille ville au cours d’émeutes qui ont fait cinq morts et des douzaines de blessés du côté palestinien. Trois Israéliens ont été tués lors d’un attentat à l’arme blanche en Cisjordanie. L’auteur de l’attaque a expliqué que les nouvelles mesures de sécurité sur le mont du Temple avaient motivé son geste.

Sous les termes du statu-quo qui gouverne le site, Israël en contrôle l’accès tandis que l’autorité du Waqf islamique, établie par la Jordanie, administre les activités au sein du complexe. Les non-musulmans ont l’autorisation de visiter les lieux mais pas de prier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...