Israël se réjouit de l’adoption par la commission des Affaires étrangères du Sénat américain d’une proposition de loi qui donnerait un droit de regard au Congrès en cas d’accord final sur le nucléaire iranien, a déclaré mercredi le ministre israélien en charge des Renseignements.

La loi en question, dite Corker-Menendez, ne se prononce pas sur le fond de l’accord-cadre nucléaire conclu le 2 avril en Suisse entre Téhéran et le groupe de pays 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-uni, Russie et Allemagne). Mais elle mettrait en place un mécanisme pour que le Congrès, en cas d’accord final fin juin, ait son mot à dire sur son contenu.

Les sénateurs, démocrates et républicains, ont en effet adopté mardi un texte de compromis auquel la Maison Blanche, initialement réticente, a finalement apporté son soutien.

« Le compromis trouvé par le Sénat américain est un nouvel élément positif et décisif, nous sommes très heureux ce matin », a réagi dans des déclarations à la radio publique le ministre israélien Yuval Steinitz, également en charge du dossier iranien.

Ce proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu y voit une « victoire de la politique israélienne », après le discours de Netanyahu devant le Congrès américain en mars dernier, qui selon lui a influencé de manière décisive les législateurs américains aussi bien républicains que démocrates.

Le Sénat, puis la Chambre des représentants, doivent à présent débattre de la mesure. Cela prendra plusieurs semaines.