L’Argentine s’apprête à commémorer le 25e anniversaire de l’attaque terroriste contre l’ambassade d’Israël en Argentine, mais aucun ministre israélien n’a manifesté sa volonté d’y participer, a annoncé mercredi un journaliste de la Deuxième chaîne.

Udi Segal, ancien correspondant diplomatique de la chaîne, a écrit sur Twitter que tandis que des événements officiels de la semaine prochaine seront suivis par les familles endeuillées et par le vice-président argentin, Israël n’a jusqu’à présent pas nommé de représentant officiel du cabinet.

Le 17 mars 1992, un attentat-suicide a tué 84 personnes et en a blessé des centaines devant l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, ce qui constitue à ce jour l’attentat le plus meurtrier contre une mission diplomatique israélienne.

Un groupe ayant des liens avec l’Iran et le groupe terroriste libanais Hezbollah a revendiqué le bombardement.

Lors d’un événement commémoratif, qui a eu lieu lundi en Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’Iran était à l’origine de la grande majorité des préoccupations de sécurité d’Israël.

Il a assuré que Jérusalem a tout de suite su que Téhéran était derrière l’attaque.

« L’Iran en a eu l’idée, l’Iran l’a planifié, et l’Iran, par l’intermédiaire de son homme de main, le Hezbollah, l’a également perpétré. »