Pour attirer l’attention sur une augmentation alarmante de l’antisémitisme en Hongrie, un train transportant des survivants de l’Holocauste devait partir de Budapest vers le site du camp de concentration d’Auschwitz en Pologne.

Le voyage en train fait partie de la Marche internationale des vivants, qui coïncide avec la Journée du souvenir de l’Holocauste en Israël, de dimanche soir à lundi. Cette année, les événements portent sur la destruction de la communauté hongroise, dont les trois-quarts ont été assassinés pendant l’Holocauste.

Des centaines de Juifs, y compris les survivants de l’Holocauste, des animateurs de jeunesse, des dirigeants de la communauté juive hongroise et l’ambassadeur d’Israël en Hongrie Ilan Mor, doivent tous se trouver à bord du train pour une traversée de plus de 500 km, selon Ynet.

Le président israélien Shimon Peres a préparé un message vidéo qui devait être diffusé au cours d’une cérémonie à la gare centrale de Budapest avant le départ du train.

« La douleur de l’Holocauste, qui, à notre grand regret, s’est également produit en Hongrie, est une douleur indélébile que nous ne devons pas oublier », a déclaré Peres. « Nous devons utiliser la mémoire de l’Holocauste comme un enseignement pour la jeune génération afin qu’elle ne permette jamais que la haine, le racisme et l’antisémitisme fassent partie de ce monde. »

« La Hongrie a connu de bons moments dans ses relations avec l’Etat d’Israël », a déclaré Peres. « Mais la Shoah a laissé une tache noire sur ces relations jusqu’à ce jour. »

Les communautés juives locales ont accusé le gouvernement de ne pas admettre le rôle du pays dans la déportation massive des Juifs pendant l’Holocauste, ce qui a conduit certains groupes à boycotter les cérémonies commémoratives.

Le parti d’extrême droite Jobbik, arrivé en troisième place lors des élections plus tôt ce mois-ci, dont des membres ont été accusés de négationnisme, est une force de plus en plus puissante dans le paysage politique hongrois.