Le commandant de la milice Basij des Gardiens de la Révolution de l’Iran a déclaré qu’ « effacer Israël de la carte » est « non négociable », a rapporté mardi, Radio Israel.

Mohammad Reza Naqdi a également menacé l’Arabie saoudite, en affirmant que l’offensive menée au Yémen « aura le même destin que celui de Saddam Hussein ».

Les commentaires de Naqdi ont été rendus publics alors que l’Iran et les six puissances mondiales se préparent, mardi, à présenter une déclaration générale acceptant de poursuivre les négociations nucléaires en entrant dans une nouvelle phase qui vise à parvenir à un accord global à la fin du mois de juin.

En 2014, Naqdi avait déclaré que l’Iran intensifiait ses efforts pour armer les Palestiniens de Cisjordanie dans sa bataille contre Israël, en ajoutant que cette manœuvre conduirait à l’anéantissement d’Israël, avait indiqué l’agence de presse iranienne Fars.

« L’armement de la Cisjordanie a commencé et les armes seront fournies aux habitants de cette région », a déclaré Naqdi.

« Les sionistes doivent savoir que la prochaine guerre ne sera pas limitée aux frontières actuelles et les Moudjahidine les repousseront », a-t-il ajouté.

Naqdi a affirmé que la majeure partie de l’arsenal du Hamas, la formation technique et le savoir-faire dans le conflit de l’été dernier avec Israël provenait de l’Iran.

Le Basij est une force armée religieuse composée de volontaires, mise en place en 1979 par les dirigeants révolutionnaires du pays. Elle sert de police morale et d’outil de répression des dissidents.

En janvier, un projet de loi qui aurait donné plus de pouvoirs à la Basij pour faire respecter le port obligatoire du voile par les femmes a été jugé anticonstitutionnel.

Cette milice fait des manœuvres annuelles, parfois aux côtés des unités de l’armée iranienne.

Jonathan Beck et l’AFP ont contribué à cet article.