Alors que son entreprise se prépare à dévoiler le plus grand projet mondial en Inde, Rafi Mehudar, l’une des personnes choisies pour allumer une torche de Yom Haatsmaout cette année, affirme que la bataille contre la famine est loin d’être gagnée.

Tandis que la population mondiale augmente, les gouvernements du monde entier s’interrogent sur la façon dont les milliards de nouvelles bouches seront nourries.

La réponse, selon l’inventeur israélien Mehudar, se trouve juste à leurs pieds – dans la technologie d’irrigation au goutte-à-goutte, qu’il a mise au point avec la société Netafim.

Utilisée dans des fermes du monde entier, la technologie d’irrigation et d’arrosage Netafim aide déjà à nourrir des centaines de millions de gens. Selon Mehudar, « c’est la seule technologie qui a prouvé qu’elle augmentait sensiblement l’offre de nourriture. Nous évitons déjà à de grandes parties de l’humanité de mourir de faim, et ce n’est que le début ».

Plus de quarante ans après l’acquisition par Netafim des droits sur le régulateur de pression, sa première invention d’irrigation au goutte-à-goutte, Mehudar se voit récompensé par l’un des plus grands honneurs de l’Etat – allumer l’une des douze torches qui inaugurent le Jour de l’Indépendance d’Israël mercredi soir.

Les torches sont habituellement allumées par des individus qui ont contribué significativement à la vie israélienne. Le thème de cette année met l’accent sur les personnes qui ont effectué des « percées » en science, en technologie, dans le commerce et la culture.

Israël est un petit pays, mais Netafim, avec laquelle Mehudar travaille depuis 1972, est une entreprise qui opère à l’échelle mondiale.

« Netafim a vendu plus de 150 milliards de dispositifs d’irrigation au goutte-à-goutte, réduisant la consommation d’eau jusqu’à 90 %, permettant aux agriculteurs de dépenser moins d’eau et d’utiliser plus efficacement leurs ressources », déclare Mehudar dans une interview au Times of Israel.

La plupart des systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte vendus par Netafim aujourd’hui sont composés de multiples tuyaux.

« Si les tuyaux que nous vendons chaque année étaient raccordés de bout en bout, ils encercleraient le monde 100 fois », note l’inventeur.

« Nous faisons économiser au monde des dizaines de milliards de gallons d’eau par an. Quand j’ai commencé à travailler avec Netafim, l’entreprise comptait trois employés ; aujourd’hui, elle en compte plus de 4 000 dans 150 pays, et nous aide à nourrir près d’un milliard de personnes. »

La plupart des Israéliens ont entendu parler de Netafim, mais peu sont vraiment conscients de l’impact de l’entreprise sur l’agriculture mondiale.

De nombreux agriculteurs qui utilisent l’irrigation au goutte-à-goutte en savent peu sur la société qui les fournit. De nombreuses études considèrent l’irrigation au goutte-à-goutte comme un élément clé « ayant un impact significatif sur l’économie des ressources, le coût de la culture, le rendement des cultures et la rentabilité de la ferme », en Inde et ailleurs, selon des universitaires indiens. En tant que plus grand fabricant d’irrigation au goutte-à-goutte du monde, Netafim peut s’enorgueillir de ces résultats.

Outre les systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte, Netafim offre une grande variété de machines agricoles et d’équipements de capteurs informatisés qui peuvent lire la température, l’humidité, les niveaux de nutriments dans le sol, déterminer si une plante a besoin d’eau, et fournir d’autres données importantes. Mehudar lui-même a développé plus de 50 produits pour l’entreprise et est titulaire de plus de 400 brevets mondiaux pour sa technologie.

C’est dans le monde en développement que la société a le plus d’impact. Les produits de Netafim sont utilisés dans d’innombrables projets en Afrique et en Asie.

Rien qu’en Inde, explique Mehudar, la société compte plus de 250 000 clients, la plupart d’entre eux sont des petits agriculteurs qui parviennent à vivre de leurs parcelles, en grande partie grâce au fait qu’ils évitent de dépenser beaucoup pour l’eau.

La société a récemment inauguré, par l’intermédiaire de sa filiale indienne, un projet d’irrigation au goutte-à-goutte dans le quartier de Bagalkot dans l’Etat du Karnataka, à l’ouest du pays.

Une fois terminé, le projet couvrait près de 30 000 hectares, englobant 22 villages et bénéficiant à 6 700 agriculteurs – ce qui en fait le plus grand projet d’irrigation au goutte-à-goutte au monde.

Mais, 42 ans après avoir inventé sa forme moderne, la technologie d’irrigation au goutte-à-goutte en est encore à ses balbutiements, assure Mehudar.

« Seulement 5 % des agriculteurs du monde entier l’utilisent – la plupart d’entre eux dépendent encore de l’irrigation traditionnelle », où les champs sont inondés d’eau, qui fonctionne très bien dans les zones où il y a beaucoup d’eau et de précipitations – mais pas tant que cela dans la plupart des zones marginales du monde en développement, et pas du tout quand la sécheresse sévit.

« Au bout du compte, les agriculteurs du monde entier en comprendront les avantages », prévoit Mehudar. « Netafim a peut-être plusieurs décennies d’âge, mais notre technologie en est encore à ses débuts. »