Un député critiqué pour avoir dit qu’Israël procède à un nettoyage ethnique
Rechercher

Un député critiqué pour avoir dit qu’Israël procède à un nettoyage ethnique

Dov Khenin refuse de revenir sur ses propos déclarés à Sky News ; Une députée du Likud a répondu qu'il avait perdu contact avec la réalité

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le député de la Liste arabe unie Dov Khenin à la Knesset (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)
Le député de la Liste arabe unie Dov Khenin à la Knesset (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)

Le seul membre juif de la liste commune (arabe) à la Knesset est sous le feu des critiques pour avoir accusé Israël, lors d’une interview à Sky News, de démolition de maisons palestiniennes comme moyen de «nettoyage ethnique» en Cisjordanie.

les propos du député Dov Khenin, qui concernent la pratique israélienne de destruction de maisons palestiniennes en Cisjordanie qui ne possèdent pas de permis de construire, ont été diffusés en début de semaine, mais il a indiqué plus tard qu’il avait été enregistré il y a quelque temps.

La députée du Likud Nava Boker a accusé Khenin d’alimenter la propagande antisémite contre Israël.

« Le seul nettoyage ethnique qui est mené est dans son esprit délirant », a déclaré mardi Boker à la radio militaire.

« Avec ses expressions trompeuses, il se joint à une longue lignée de Juifs à travers l’histoire qui ont renforcé la propagande antisémite par de fausses déclarations ».

« Il n’est pas surprenant que Khenin, un membre du parti communiste, ait rejoint les tentatives pour nuire à Israël », poursuit-elle, se référant à l’adhésion de Khenin au parti d’extrême-gauche socialiste Hadash, l’un des quatre partis – Avec la liste commune (arabe), Balad et Ta’al – qui se sont unis pour former la Liste commune (arabe). « Selon moi, il a perdu contact avec la réalité depuis longtemps. »

Nava Boker, députée du Likud. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Nava Boker, députée du Likud. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Dans une interview mardi à la radio militaire, Khenin a déclaré qu’Israël évacue les Arabes bédouins de la zone C – les zones sous contrôle militaire israélien et civil, en vertu des accords d’Oslo – dans la vallée du Jourdain afin de construire des implantations juives.

« J’ai de graves critique contre gouvernement israélien, » dit-il. « Mais de là à faire des accusations d’antisémitisme ? C’est d’une insolence de haut niveau ».

Il a continué, « Les images de la vallée du Jourdain sont terribles – les enfants dont les maisons sont détruites, leurs tentes y sont évacués … c’est une grave chose à dire [nettoyage ethnique] … [mais] la réalité est très grave ».

« La réalité dans la vallée du Jourdain est que les Bédouins sont expulsés, évacués de leur lieu de résidence. Ils ne sont pas autorisés à construire », a déclaré Khenin.

« Quand vous évacuez les Arabes et à leur place, vous construisez des implantations pour les Juifs, c’est une réalité qui doit être adressée. »

Le programme Sky News à propos des démolitions israéliennes de maisons palestiniennes dans la zone C de Cisjordanie a été diffusé dimanche, et comprenait l’entrevue avec Khenin, dans laquelle il a déclaré que les démolitions étaient un « nettoyage ethnique mené d’une manière très sophistiquée. »

Des enfants bédouins israéliens de la tribu Tarabin jouent dans leur village bédouin non reconnu, près de la décharge de Dudaim (arrière-plan), près de la ville de Rahat, dans le sud du pays, le 7 février 2016. (Crédit : Menahem Kahana/AFP,)
Des enfants bédouins israéliens de la tribu Tarabin jouent dans leur village bédouin non reconnu, près de la décharge de Dudaim (arrière-plan), près de la ville de Rahat, dans le sud du pays, le 7 février 2016. (Crédit : Menahem Kahana/AFP,)

Citant les chiffres du Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires, le rapport a indiqué qu’il y a eu une moyenne de 165 démolitions de maisons chaque mois depuis janvier et en février environ 235 maisons ont été démolies.

En réponse à Sky News, les responsables israéliens ont déclaré : « L’administration civile, de par son autorité, prend des mesures d’exécution contre toute sorte de constructions illégales dans la zone C. »

En vertu des accords d’Oslo de 1993, les terres de Cisjordanie désignées comme zone C sont sous contrôle israélien.

L’Administration civile, qui est responsable de la région, affirme qu’elle applique les lois de construction aussi bien aux résidents juifs qu’aux arabes. Cependant, les Palestiniens disent que leurs demandes de construction sont toujours rejetées par l’Administration. Environ 60% de la Cisjordanie est désignée comme zone C.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...