La représentation israélienne au Royaume-Uni était plongée dans l’embarras dimanche après la diffusion d’un enregistrement, tourné en caméra cachée par Al-Jazeera, montrant un de ses employés parler de « faire tomber » des responsables politiques britanniques.

Dans cette vidéo mise en ligne par le journal Mail on Sunday, un employé de l’ambassade israélienne à Londres, Shai Masot, vise plus particulièrement le secrétaire d’État britannique à l’Europe et aux Amériques, Alan Duncan, expliquant que ce dernier, qui avait critiqué la construction dans les Territoires palestiniens, cause « beaucoup de problèmes ».

Il s’autorise également un langage fort peu diplomatique à l’endroit du ministère des Affaires étrangères britannique Boris Johnson en le qualifiant d' »idiot » et déclare : « Puis-je vous donner le nom des députés que je vous suggère de faire tomber ? »

Masot s’exprimait dans le cadre d’un déjeuner avec Maria Strizzolo, l’assistante du secrétaire d’Etat à l’Education Robert Halfon, auquel participe clandestinement un reporter de la chaîne d’informations qatarie, qui filme la scène en caméra cachée.

Strizzolo, dans un communiqué de presse, a minimisé l’importance de la vidéo, déclarant que « le contexte de la conversation était léger et ironique. Toute suggestion que j’ai pu, en tant que fonctionnaire travaillant dans l’éducation, exercer le type d’influence que vous suggérez est risible. Shai Masot est quelqu’un que je connais dans un contexte uniquement social et en tant qu’ami. Je n’ai jamais travaillé avec lui. »

Alors que le scandale prenait de l’ampleur au Royaume-Uni, la représentation israélienne s’est dissociée de ces déclarations, tenues, affirme-t-elle dans un communiqué, par un employé n’ayant pas le rang de diplomate et dont la mission à l’ambassade s’achèvera « rapidement ».

« L’ambassade d’Israël rejette les remarques concernant le secrétaire d’État Duncan, qui sont complètement inacceptables », écrit-elle.

L’ambassadeur israélien à Londres, Mark Regev, « a parlé avec le secrétaire d’État Duncan » et « présenté ses excuses », ajoute-t-elle.

Alan Duncan (Crédit : autorisation)

Alan Duncan (Crédit : autorisation)

Contacté par l’AFP, le ministère des Affaires étrangères britannique a indiqué que l’affaire était « close ».

« L’ambassadeur israélien a présenté ses excuses et il est clair que ces commentaires ne reflètent pas les positions de l’ambassade ou du gouvernement israélien. »

La nature du poste officiel de Masot n’a pas été immédiatement précisée. Bien que l’ambassade l’ait décrit comme un employé plutôt que comme un diplomate, il se présente sur sa page LinkedIn comme « officier politique ».

Dans la description de son poste sur cette page, il affirme être le « responsable des contacts entre l’ambassade et les députés », et être impliqué dans la liaison « avec les ministres et les responsables » des Affaires étrangères britanniques, et « développer et promouvoir des partenariats stratégiques avec les contacts politiques de l’ambassade. »

Crispin Blunt, député que Masot décrit comme « beaucoup plus pro-arabe que pro-israélien », a déclaré que les propos sur Duncan étaient « scandaleux », selon le Daily Mail.

« Parler de ‘faire tomber’ un ministre britannique est très grave », a déclaré un autre important politique travailliste, l’ancien ministre Desmond Swayne au journal. « Il existe aux Etats-Unis une colère après les interférences de la Russie dans leur processus démocratique, et aucune ingérence étrangère ne devrait être permise au Royaume-Uni. »