Une enquête menée par la nouvelle corporation israélienne de l’audiovisuel public a révélé lundi qu’un mohel chevronné et rabbin certifié de la ville de Hadera dans le centre du pays, envoyait ses étudiants inexpérimentés pratiquer la circoncision sur des bébés de familles défavorisées.

Un enregistrement vidéo montre Rabbi Eliyahu Asulin, un grand rabbin circonciseur, avec 33 ans d’expérience à son actif, qui explique qu’il falsifie des certifications pour ses étudiants en les envoyant s’occuper de nouveaux-nés garçons dans des familles éthiopiennes.

Les familles philippiennes et soudanaises, qui pratiquent la circoncision, ne le font pas toujours pour des raisons religieuses, mais plutôt culturelles, et selon Asulin, il est facile de les berner.

« Pourquoi s’entraîner sur ces familles ? », a demandé Asulin à un journaliste sous couverture ? « Ils n’ont pas de père ni de mère, donc quoi que vous fassiez, ça ne sera pas un problème. Vous comprenez ? Si vous coupez de travers, ils ne diront rien parce qu’ils ne comprennent rien. »

Le rabbin Eliyahu Asulin dans une vidéo dans laquelle il offre ses services, le 17 septembre 2015. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Le rabbin Eliyahu Asulin dans une vidéo dans laquelle il offre ses services, le 17 septembre 2015. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Il encourage également ses étudiants à se rendre dans les familles éthiopiennes et soudanaises et de prétendre qu’ils sont qualifiés pour pratiquer la circoncision, alors qu’ils sont dépourvus d’expérience.

« Pourquoi est ce que tout le monde va chez eux ? Parce que c’est là bas que l’on apprend. Ils sont de la chair à canon, comme on dit, » explique Asulin.

Asulin n’est pas le seul à encourager ses étudiants à tromper les familles défavorisées, selon le reportage. Des conversations enregistrées entre des circonciseurs des villes de Petah Tikva, de Bat Yam et de Rishon Lezion ont mis en évidence que cette pratique était répandue.

Dans un communiqué, Asulin a déclaré que la vidéo a été « éditée » et « cuisinée », et qu’elle a été réalisée à la demande « d’éléments politiques » vindicatifs de sa ville de Hadera.

« J’ai circoncis des milliers de bébés éthiopiens et je perçois cela comme une mission divine. Je continuerais à dévouer ma vie au public », ajoute-t-il.

La Deuxième chaîne a rélayé un communiqué du Grand Rabbinat : « Si les incidents évoqués dans la vidéos sont vrais, nous le percevons comme une très grave problème. »