Une famille de cinq personnes, y compris de jeunes enfants, a été lègèrement blessée en Cisjordanie vendredi après-midi lorsqu’un homme palestinien a lancé de l’acide dans leur voiture, avant d’être abattu et sérieusement blessé.

L’attaque a eu lieu près d’un barrage entre l’implantation Gush Etzion de Beitar Illit, d’où vient la famille, et le village palestinien de Husan, au sud-ouest de Jérusalem.

L’agence de presse palestinienne Ma’an a identifié l’homme comme étant Jamal Abd al-Majid Ghayatha, âgé de 45 ans, du village cisjordanien de Nahalin. Les réseaux d’information affiliés au Hamas ont déclaré que l’homme était un ancien prisonnier palestinien dans les prisons israéliennes, a annoncé Radio Israël.

Le père de la famille, âgé d’une cinquantaine d’année, aurait été touché au visage par l’acide ce qui a entraîné des brûles aux yeux. Il a été évacué vers l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem pour être soigné. La mère et les trois filles âgées de 8 à 10 ans ont été transportées au Centre médical Shaare Zedek dans la capitale avec des blessures légères.

Ghayatha était aussi traité à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

La police explique que Ghayata s’est approché de la voiture de la famille, en se faisant passer pour un auto-stopper, et a lancé la substance chimique à l’intérieur du véhicule. On a déclaré qu’il tenait un tourne-vis à la main, et il y avait des informations contradictoires quant à savoir s’il avait tenté d’attaquer des gens avec ou s’il avait essayé de fuir la scène. Un citoyen armé a tiré sur Ghayatha en le blessant sérieusement. Il a ensuite été appréhendé par la police aux frontières.

Les urgentistes qui sont arrivés sur la scène ont procuré les premiers soins aux blessés avant de les évacuer vers l’hôpital.

Plus tôt, un homme palestinien avait percuté avec sa voiture une barrière en béton à proximité de deux soldats de l’armée alors qu’ils attendaient à un arrêt de bus près d’une base armée dans le sud de Naplouse.

L’homme a été légèrement blessé et emmené pour un interrogatoire. Il n’est pas encore clair de savoir s’il s’agit d’un simple accident ou d’une tentative d’attaque contre les soldats.

Les attaques terroristes par des Palestiniens ont tué cinq personnes au cours des mois récents. Le mois dernier, deux terroristes palestiniens ont fait irruption dans une synagogue de Jérusalem et ont attaqué des fidèles avec des couteaux et des armes, tuant quatre fidèles et un policier.

L’attaque de vendredi intervient dans une période de tensions entre les Israéliens et les Palestiniens et une vague d’agitation en Cisjordanie et dans Jérusalem Est arabe.

Ces agitations ont été aggravées cette semaine par la mort de Ziad Abu Ein, un officiel de l’Autorité palestinienne, dans une confrontation avec les troupes israéliennes mercredi.

Les officiels israéliens ont déclaré qu’une autopsie, en présence de médecins palestiniens et jordaniens, a montré qu’Abu Ein était mort d’une attaque cardiaque, peut-être à cause du stress de la situatuion tout comme de problèmes cardiaques prééxistants. Les Palestiniens ont contesté ces affirmations, en considérant qu’il était mort après avoir été frappé par des soldats et avoir inhalé du gaz lacrymogène.

La mort d’Abu Ein a provoqué la colère de l’Autorité palestinienne et entraîne un développement potentiellement dangereux de la perspective d’une escalade de la violence.