La première centrale photovoltaïque à échelle industrielle de l’Afrique de l’Est sera construite sur des terres appartenant à un village de jeunes au Rwanda, financé par des juifs.

Le projet coûtant quasiment 24 millions de dollars (17,5 million d’euros) a été annoncé lundi par Yosef Abramovitz, le président de Gigawatt Global Cooperatief, qui s’est chargé de trouver les fonds nécessaires.

La construction de la centrale photovoltaïque a déjà commencé sur le terrain appartenant au village de jeunes Agahozo-Shalom. Le village pour les orphelins du génocide rwandais de 1994 avait été fondé par Anne Heyman, récemment décédée à la suite d’un accident de cheval en Floride.

La centrale photovoltaïque apportera de l’électricité à l’échelle nationale selon un accord d’achat d’énergie sur 25 ans avec l’Autorité rwandaise d’énergie, d’eau et de sanitaire. Elle devrait être opérationnelle dès l’été prochain.

« Il ne faut qu’un village pour commencer une révolution solaire, » a déclaré Abramovitz, qui est aussi le président d’Energiya Global Capital, l’affilié israélien de Gigawatt, qui a apporté des fonds et une assistance stratégique au projet.

Abramovitz a décrit la centrale photovoltaïque, qui apportera une hausse de 8 % à l’apport d’énergie du pays, comme « un changement pour l’humanité et l’environnement. »

Le village de jeunes loue son terrain à l’infrastructure solaire et utilisera les bénéfices pour financer sa mission caritative.

« Anne Heyman, notre fondatrice dont nous bénissons la mémoire, avait une certaine approche, selon laquelle le village pratiquait le tikkun olam, l’enseignement juif d’aide à l’amélioration du monde, » a indiqué Laurie Toll Franz, la nouvelle présidente du conseil du village.

« En plus de notre travail avec les enfants les plus vulnérables du Rwanda, nous aidons maintenant à améliorer la vie de milliers de personnes grâce à la production d’énergie durable. »