Vatican : La violence anti-chrétienne dépasse la « ligne rouge » en Israël
Rechercher

Vatican : La violence anti-chrétienne dépasse la « ligne rouge » en Israël

Le conseiller en chef de l'église catholique en Israël appelle le gouvernement à traquer les extrémistes juifs

Un prêtre inspecte les dommages causés à l'Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a  pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédits : Basel Awidat / Flash90)
Un prêtre inspecte les dommages causés à l'Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédits : Basel Awidat / Flash90)

Un représentant du Vatican en Israël a exhorté le gouvernement à prendre des mesures plus strictes contre les extrémistes juifs lundi, après une série d’attaques verbales et physiques contre des cibles chrétiennes ces derniers mois.

Wadie Abounassar, un haut conseiller de l’Eglise catholique en Israël, a exhorté les autorités israéliennes à réprimer les actions anti-chrétiennes et à prévenir de nouvelles attaques.

« Une ligne rouge a été franchie. Non seulement la propriété a été endommagée mais maintenant les gens aussi. On crache sur les hommes de foi chrétienne à Jérusalem », a déclaré Nasser sur les ondes de la radio militaire.

« Je souhaite que le gouvernement et les autorités compétentes gèrent ce phénomène d’une manière significative. C’est peut être juste une poignée [d’agresseurs], mais nous ne voyons pas [de mesures] efficaces [prises contre ] eux », a-t-il ajouté.

Ces remarques d’Abounassar ont été faites quelques jours après que le représentant de la Cité du Vatican en Israël a appelé Jérusalem à inculper le chef de file d’un groupe d’extrême-droite pour incitation à la violence contre des cibles chrétiennes dans l’Etat juif.

Les Eglises catholiques ont déposé plainte auprès de la police en Israël contre un juif extrémiste qui a appelé à brûler des églises, a indiqué dimanche un responsable ecclésiastique à l’AFP.

« L’assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre sainte a déposé plainte contre Bentzi Gopstein, leader du mouvement extrémiste juif Lehava, à la suite de ses propos incitant à incendier des églises en Israël », a affirmé à l’AFP Wadie Abounassar.

« Lors d’un débat public, Gopstein n’a pas hésité à affirmer que la loi juive préconisait de détruire l’idolâtrie en terre d’Israël et qu’en conséquence les églises et les mosquées pouvaient être incendiées », a-t-il ajouté.

L’assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte regroupe les représentants des différentes communautés catholiques.

« Ces propos qui interviennent après une suite préoccupante d’actes de vandalisme contre des Lieux Saints en Israël sont inacceptables. Ils incitent à la haine et font peser une réelle menace sur les édifices religieux chrétiens de ce pays », a indiqué de son côté le Patriarcat latin dans un communiqué.

« La communauté catholique de Terre Sainte a peur et se sent en danger. L’Assemblée en appelle aux autorités israéliennes afin qu’elles garantissent une vraie protection aux citoyens chrétiens de ce pays ainsi qu’à leurs lieux de culte », a poursuivi le communiqué.

« Ces actes ne peuvent plus être qualifiés d’isolés, il s’agit d’un véritable phénomène. Il faut que la loi soit appliquée », a ajouté Abounassar. « Les autorités doivent également s’en prendre à plusieurs rabbins qui incitent à la violence ».

Yinon Reuveni (à droite) et Yehuda Asraf, soupçonnés d'avoir vandalisé l'église de la Multiplication des pains et des poissons à Tabgha, sur le rivage de la mer de Galilée, à la cour de district de Nazareth le 29 juillet, 2015. (Crédit : Basel Awidat / Flash90)
Yinon Reuveni (à droite) et Yehuda Asraf, soupçonnés d’avoir vandalisé l’église de la Multiplication des pains et des poissons à Tabgha, sur le rivage de la mer de Galilée, à la cour de district de Nazareth le 29 juillet, 2015. (Crédit : Basel Awidat / Flash90)

Le dernier de ces actes criminels contre de lieux saints chrétiens s’est produit le 18 juin lorsque des inconnus ont provoqué un incendie dans l’Eglise de la Multiplication sur les bords du lac de Tibériade. Trois extrémistes israéliens ont été inculpés.

Trois autres extrémistes soupçonnés d’exactions antichrétiennes et antipalestiniennes ont été placés en détention administrative, c’est-à-dire sans inculpation pour une période de six mois renouvelable.

Inquiétude sur les incitations à la violence de Gopstein

« Le tag est sur le mur, et la prochaine [attaque], que personne ne peut prévoir, n’est pas une question de si, mais de quand », a jouté le communiqué du Vatican.

« La situation est devenue intolérable », a déclaré Abounassar. « Gopstein n’est pas le seul qui incite [à la violence]. Il s’est démarqué tout simplement. Nous sommes sûrs que c’est une tendance ».

Lors d’un débat avec des étudiants d’écoles talmudiques sur l’incendie criminelle à l’église de la Multiplication en Galilée par des extrémistes juifs la semaine dernière, Ben-Zion (« Bentzi ») Gopstein a défendu la semaine passée l’idée de brûler les églises chrétiennes, en invoquant un commandement du Moyen Age ordonnant de détruire l’idolâtrie, selon ses propos enregistrés diffusés dans les médias.

« Maïmonide … », a commencé Goptein, faisant apparemment allusion à l’interprétation des règles juives du sage juif du 12ème siècle, « vous devez brûler [les églises] ». Interrogé pour savoir s’il prônait l’incendie des églises, Gopstein répondu: « bien sûr que je le fais ».

Le président de Lehava Benzi Gopstein amené à la cour de Jérusalem, le 16 décembre 2014 (Crédit phhoto: Yonathan Sindel / Flash90)
Le président de Lehava Benzi Gopstein amené à la cour de Jérusalem, le 16 décembre 2014 (Crédit phhoto: Yonathan Sindel / Flash90)

Lehava est un groupe organisé qui dit lutter contre la perte de l’identité juive en particulier à travers le mariage entre juifs et Arabes.

Il s’inspire de l’idéologie de Meir Kahane, fondateur du mouvement raciste anti-arabe Kach et dont le petit-fils fait partie des trois extrémistes placés en détention administrative.

Le nom de Lehava a été associé à l’incendie fin 2014 de la seule école bilingue arabe-hébreu de Jérusalem.

Abounassar a déclaré que « même si les suspects ont été arrêtés dans [l’incident de] l’Eglise de la Multiplication des pains et des poissons, dans d’autres cas, nous sommes restés silencieux et nous avons eu toutes sortes de promesses qui se sont tout simplement dissipées avec le temps. Nous parlons de dizaines de cas d’attaques sur les personnes et les biens ».

« Je suis convaincu que la grande majorité des Israéliens – de toute religion et de croyance – [condamnent et s’opposent à] ces attaques », a poursuivi Abounassar.

« Nous ne demandons pas un traitement spécial. Dans le même temps, nous ne voulons pas moins [de protection] que d’autres. Ceci est dans l’intérêt de l’Etat d’Israël – non seulement pour les Chrétiens mais aussi pour les Musulmans et les Juifs. Les personnes qui incitent [à la violence] méritent d’être mis derrière les barreaux », a-t-il conclu.

Le gardien des lieux saints catholiques presse Israël d’agir

Le gardien des lieux catholiques en Terre sainte a pressé la justice israélienne d’interdire l’organisation extrémiste juive et d’agir immédiatement contre son chef « Bentzi » Gopstein qui a défendu l’idée de brûler les églises.

« Le danger et les menaces pour l’Église et les chrétiens en Israël sont imminents », s’alarme la Custodie de Terre sainte dans une lettre adressée au procureur général Yéhuda Weinstein et consultée lundi par l’AFP.

La question n’est plus de savoir « s’il y aura des morts » mais « quand », ajoute-t-elle.

Elle appelle la justice israélienne « à user de tous ses pouvoirs et à agir immédiatement en traduisant en justice ‘Bentzi’ Gopstein et en mettant hors-la-loi Lehava, son organisation ».

La custodie, confiée aux Franciscains, est la gardienne des lieux saints au nom de l’Eglise catholique conformément à la tradition.

Sa lettre est publiée dans un climat de vive inquiétude après une série d’exactions d’extrémistes juifs contre des Palestiniens et des lieux chrétiens en Israël et en Cisjordanie.

Début août, un bébé palestinien est mort dans l’incendie de sa maison par des extrémistes juifs.

« Nous avons été témoins ces dernières années d’une augmentation alarmante et effrayante des attaques violentes contre des chrétiens, la chrétienté et des institutions chrétiennes en Israël », dit la custodie en déplorant « un climat d’impunité de fait ».

Elle décrit « une campagne féroce d’incitation à la haine religieuse et de violence raciste contre l’Eglise ».

Les appels à l’interdiction de Lehava se sont multipliés notamment de la part du chef de l’opposition travailliste Isaac Herzog.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...