Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

10 civils, dont 4 enfants, tués dans les frappes contre le Jihad islamique palestinien

Ont été victimes de l'opération 2 enfants d'un chef du Jihad islamique en Cisjordanie, un dentiste et ses proches vivant près d'une autre cible et 2 sœurs vivant près du 3ème terroriste

Les frère et soeur Ali et Mayar ed-Din, tués par un raid aérien de Tsahal le 9 mai 2023. (Autorisation)
Les frère et soeur Ali et Mayar ed-Din, tués par un raid aérien de Tsahal le 9 mai 2023. (Autorisation)

Dix civils palestiniens, dont quatre enfants, ont trouvé la mort dans les frappes aériennes israéliennes qui ont tué mardi matin trois hauts responsables du groupe terroriste du Jihad islamique à Gaza, mardi.

L’armée israélienne a déclaré avoir assassiné Khalil Bahtini, qui commandait le Jihad islamique dans le nord de Gaza, Jihad Ghanem, un haut responsable du conseil militaire du groupe et Tareq Izz ed-Din, qui supervisait les activités terroristes du Jihad islamique en Cisjordanie depuis une base à Gaza.

Les trois hommes se trouvaient chez eux, en compagnie de leurs proches lorsque les missiles ont frappé leur domicile sur les coups de 2 heures du matin, ce qui explique le nombre élevé de victimes.

Selon le ministère palestinien de la Santé, des voisins des chefs militaires du Jihad islamique ont également été tués et une vingtaine de personnes ont été blessées dans les frappes de Rafah et de la ville de Gaza.

Le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré à la presse étrangère : « Nous sommes conscients des dégâts collatéraux et nous en apprendrons plus au fil de la journée. »

S’adressant aux journalistes israéliens, le porte-parole en chef de Tsahal, Daniel Hogari, a déclaré que l’armée était consciente que des civils avaient été tués lors des frappes aériennes, mais a souligné que « l’opération a été menée avec professionnalisme et précision, tant dans la phase de planification que dans celle de l’exécution ».

La frappe qui a tué Izz ed-Din a également emporté ses enfants âgés de 9 et 10 ans, Ali et Mayar.

Celle qui a tué Bahtini également coûté la vie à sa fille Hajar, âgée de 5 ans, et sa cousine Laila.

Enfin, la frappe qui a tué Ghanem a également tué sa femme, Wafa.

Cinq autres civils appartenant à deux familles vivant à proximité ou dans le même immeuble que les dirigeants du Jihad islamique ont également perdu la vie.

Jamal Khaswan, dentiste binational russe, a trouvé la mort en même temps que son épouse, Mirvat, et leur fils Yousef. Sa fille Diala, âgée de 10 ans, a survécu à l’attaque. Ils vivaient dans un appartement situé à l’étage en dessous de celui d’Izz ed-Din.

Les sœurs Dania, 19 ans, et Eman, 14 ans, ont été tuées ensemble, à quelques semaines du mariage de Dania.

Le Centre Opérationnel Conjoint de plusieurs factions terroristes palestiniennes dans la bande de Gaza, qui comprend à la fois le Hamas et le Jihad islamique, a déclaré qu’Israël et ses dirigeants « paieraient le prix » des frappes aériennes meurtrières.

L’armée israélienne a déclaré que Bahtini était « le principal officier opérationnel » du Jihad islamique, avec des contacts étroits avec les dirigeants politiques du groupe. Il avait pris ses fonctions à la mort de l’ex-commandant du groupe lors d’une frappe, l’an dernier.

Bahtini, 44 ans, qui vivait dans la ville de Gaza, avait commencé son activité au sein du Jihad islamique à la fin des années 90.

L’armée israélienne a fait savoir qu’au fil des ans, il avait été impliqué dans des activités terroristes contre Israël, notamment des attentats-suicides, des attaques à l’explosif, des tirs de roquettes et la direction d’activités terroristes en Cisjordanie.

De gauche à droite : Les commandants du Jihad islamique que Tsahal a déclaré avoir tués à Gaza, le 9 mai 2023 : Khalil Bahtini, Tareq Izz ed-Din et Jihad Ghanem (Crédit : Porte-parole de Tsahal)

Ghanem, 62 ans, qui vivait à Rafah, était un agent de liaison clé pour les transferts de fonds et d’armes à feu entre le Jihad islamique et le Hamas, a déclaré Tsahal.

Il a ajouté que Ghanem était l’un des « membres les plus anciens de l’organisation » et qu’il avait précédemment occupé plusieurs postes clés, notamment celui de chef de la brigade du sud de Gaza du Jihad islamique ou encore de secrétaire du Conseil militaire.

Izz ed-Din, 49 ans, était également impliqué dans les transferts de fonds entre Gaza et la Cisjordanie à des fins terroristes, a déclaré Tsahal. Originaire de la ville d’Arraba, en Cisjordanie, Azaldin avait déjà été emprisonné en Israël pour son rôle dans des attentats-suicides au début des années 2000.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.