3 Palestiniens tués dans un camp de réfugiés en Syrie par une frappe aérienne
Rechercher

3 Palestiniens tués dans un camp de réfugiés en Syrie par une frappe aérienne

Khan Eshieh, près de Damas, a connu des combats importants pendant que les avions russes soutiennent les troupes syriennes

Une frappe aérienne présumée russe sur le camp de réfugiés palestiniens de Khan Eshieh, dans le sud de la Syrie, en mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une frappe aérienne présumée russe sur le camp de réfugiés palestiniens de Khan Eshieh, dans le sud de la Syrie, en mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Trois Palestiniens auraient été tués lundi par des frappes aériennes russes sur un camp de réfugiés proche de Damas, a annoncé une organisation humanitaire.

Des frappes nocturnes ont tué trois Palestiniens et en ont blessé au moins cinq autres au camp de réfugiés Khan Eshieh, selon la fondation Jafra, une organisation de soutien aux réfugiés palestiniens.

Plusieurs maisons civiles ont été abîmées par les frappes, ainsi qu’un centre de services sociaux, selon l’agence de presse palestinienne Maan.

Il y a quelques jours, au moins six résidents ont été tués dans le même camp par des bombes russes, dont un enfant de sept ans, selon des informations.

Khan Eshieh, qui accueille 12 000 réfugiés palestiniens, dont 3 000 enfants, a connu des combats importants ces derniers jours, alors que les frappes aériennes soutenant le président syrien Bashar el-Assad semblent avoir ciblé le camp, selon Al Jazeera.

Les routes à l’intérieur et à l’extérieur de la zone ont été fermées en raison de la hausse de l’intensité des combats, ont annoncé les médias.

Avant le début du conflit en Syrie il y a cinq ans, le camp accueillait 20 000 réfugiés, dont beaucoup d’enseignants ou de fonctionnaires éduqués, selon l’UNRWA, l’agence de l’ONU chargée de soutenir les réfugiés palestiniens.

D’après l’agence, 450 000 réfugiés palestiniens sont toujours en Syrie, et 430 000 d’entre eux ont besoin d’aide humanitaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...