Rechercher

6 Israéliens, dont 2 soldats, arrêtés pour des agressions anti-arabes

Selon le Shin Bet, les suspects ont mené des agressions violentes, dont des attaques au couteau, pour empêcher des Juives de fraterniser avec des Arabes

La cour du district de Beer Sheva, en mai 2015. Illustration. (Crédit : Flash90)
La cour du district de Beer Sheva, en mai 2015. Illustration. (Crédit : Flash90)

Six Israéliens, dont deux soldats de métier, accusés d’agressions anti-arabes relevant « d’actes terroristes et racistes » ont été arrêtés puis inculpés à Beer Sheva, dans le sud d’Israël, a annoncé dimanche la police.

Ces suspects sont notamment soupçonnés d’avoir utilisé des couteaux, des matraques et des barres de fer pour se livrer depuis décembre à au moins cinq agressions physiques contre des Arabes ainsi qu’à des actes de vandalisme contre des voitures appartenant à des Arabes, a ajouté la police dans un communiqué.

Le Shin Bet a indiqué que l’acte le plus violent des suspects était une attaque au couteau en février.

Les suspects ont agi pour des « motifs nationalistes et racistes en vue d’empêcher des femmes juives d’entretenir des relations avec des Arabes », a poursuivi le communiqué de la police. Les suspects ont été influencés par une vidéo réalisée par le mouvement raciste d’extrême droite Lehava qui œuvre pour « le sauvetage de femmes juives mariées à des Arabes ».

Les avocats des suspects, dont l’un est mineur, ont dit au site d’information national religieux Srugim que leurs clients avaient été torturés pendant leurs interrogatoires, et n’avaient pas eu le droit de voir leurs avocats. Ils ont affirmé que l’un des suspects avait tenté de se suicider.

Ils ont été inculpés pour « actes terroristes », a ajouté la police sans préciser le nombre de personnes qu’ils ont agressées.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors de la conférence « Or Yarok » au Avenue Conference Center, le 28 mars 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors de la conférence « Or Yarok » au Avenue Conference Center, le 28 mars 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a condamné les attaques et déclaré qu’elles seraient « sévèrement » traitées.

« Les crimes de haine sont parmi les crimes les plus graves, et nous devons les combattre, qu’ils soient perpétrés par des Juifs ou par des Arabes. Il n’y a pas de place pour la haine raciale et la violence. Ce phénomène sera fermement traité par les autorités, comme le nécessite la gravité des actes », a-t-il déclaré dans un communiqué, qui condamnait également une attaque d’Israéliens habitant en Cisjordanie contre des soldats ce week-end.

En août 2014, des militants de Lehava avaient manifesté contre un mariage entre un musulman et une juive près de Tel Aviv en criant des slogans racistes comme « Morts aux Arabes. »

Benzion ‘Bentzi’ Gopstein, chef de Lehava, qui s’inspire de l’idéologie de Meir Kahana, fondateur du mouvement raciste anti-arabe Kach, assassiné en 1990 à New York, mène aussi régulièrement des campagnes contre les chrétiens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...