Rechercher

Un officier blessé par des Israéliens vivant en Cisjordanie

Les forces de sécurité ont interrompu les affrontements entre Israéliens et Palestiniens dans 2 villages de la région de Naplouse ; 5 Palestiniens auraient été blessés ; Liberman condamne les responsables

Un soldat israélien lutte contre un Israélien masqué habitant dans une implantation, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 30 mars 2017. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Un soldat israélien lutte contre un Israélien masqué habitant dans une implantation, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 30 mars 2017. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Un officier de l’armée israélienne a été blessé ce week-end pendant une attaque menée par des Israéliens habitant en Cisjordanie près de Naplouse, a annoncé l’armée dimanche.

Cet incident a eu lieu quand des dizaines d’habitants de l’implantation de Yitzhar sont arrivés dans le village palestinien voisin de Urif et ont jeté des pierres sur ses habitants qui ont répliqué également par des jets de pierres, selon ces sources.

Selon l’armée, une cinquantaine d’Israéliens ont participé aux violences, pendant lesquelles un Palestinien a été blessé par une pierre.

Les soldats, arrivés sur place pour séparer les Israéliens des Palestiniens, avaient utilisé des moyens anti-émeutes, des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogènes, pour disperser les Palestiniens qui les prenaient pour cibles.

Un émeutier palestinien utilise un lance-pierre pour jeter des pierres sur des soldats israéliens lors d'affrontements, près de la barrière de sécurité entre Israël et la bande de Gaza, le 15 octobre 2015. Illustration. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un émeutier palestinien utilise un lance-pierre pour jeter des pierres sur des soldats israéliens lors d’affrontements, près de la barrière de sécurité entre Israël et la bande de Gaza, le 15 octobre 2015. Illustration. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Pendant que les soldats tentaient d’interrompre les affrontements, un groupe d’habitants « extrémistes » a commencé à jeter des pierres sur les forces de sécurité, blessant un officier à la main, a indiqué l’armée dans un communiqué.

« L’armée prend très au sérieux toutes les tentatives de nuire aux forces de sécurité, et travaillera avec les autorités légales pour contrecarrer ces efforts », a-t-elle ajouté.

L’armée a dit à Haaretz qu’elle ne savait pas précisément qui avait déclenché ces émeutes, ni ce qui avait entraîné les affrontements.

Quatre Palestiniens ont été légèrement blessés par ces balles en caoutchouc, ont indiqué les sources médicales palestiniennes.

Plus tard, les Israéliens s’en sont pris à des Palestiniens du village de Hawara, toujours au sud de Naplouse, blessant une Palestinienne, selon ces mêmes sources.

La Dixième chaîne a annoncé que des villageois palestiniens avaient jeté des pétards et des pierres sur les forces de sécurité et les Israéliens des implantations.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'adresse aux nouvelles recrues sur la base militaire de Tel Hashomer, le 19 mars 2017. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s’adresse aux nouvelles recrues sur la base militaire de Tel Hashomer, le 19 mars 2017. (Crédit : Flash90)

Dimanche, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a condamné l’attaque des Israéliens contre les soldats de Tsahal, affirmant qu’ils étaient des « voyous ».

Sur Facebook, Liberman a déclaré qu’il y avait une « tolérance zéro » pour les violences contre les soldats, et que les attaquants devaient être présentés à la justice.

« Les autorités légales doivent juger sévèrement ces voyous, de manière ferme et rapide, a-t-il écrit. C’est un grave problème que nous ne pouvons pas pardonner. »

Le ministre n’a pas cité les autres incidents du week-end, dans lesquels des Palestiniens et des militants de gauche ont été pris pour cible par des Israéliens vivant en Cisjordanie.

Vendredi, plusieurs de ces Israéliens, qui étaient masqués, avaient attaqué plusieurs militants de gauche en Cisjordanie, en les frappant avec des battes de baseball et des pierres.

Une vidéo de l’incident, filmé par l’un des militants de gauche présent et publiée par B’Tselem, montre des jeunes masqués se précipitant sur les militants en criant des injures, en jetant des pierres et avec des matraques et des battes à la main.

B’Tselem a déclaré que l’incident avait eu lieu près du village d’Al-Auja, dans la Vallée du Jourdain, et que des villageois palestiniens avaient aussi été attaqués. Les attaquants seraient des jeunes d’un avant-poste voisin, Baladim.

Les hélicoptères de l’armée israélienne ont dispersé le groupe masqué.

Depuis des années, des militants d’extrême droite se livrent, sous le label du « prix à payer », à des agressions et des actes de vandalisme contre des Palestiniens, des Arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, ou même l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...