Israël en guerre - Jour 263

Rechercher
"La fierté israélienne est à son comble"

À Doha, l’escrimeur israélien remporte l’or et est en route pour les JO de Paris

"Am Yisrael Chaï" était brodé sur la veste de Yuval Freilich et l'Hatikvah a résonné dans l'émirat du Golfe qui n'entretient pas de liens officiels avec Jérusalem

L'escrimeur israélien Yuval Freilich au Grand Prix du Qatar, le 31 janvier 2024. (Crédit : Fédération Internationale d'Escrime  ;  utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'escrimeur israélien Yuval Freilich au Grand Prix du Qatar, le 31 janvier 2024. (Crédit : Fédération Internationale d'Escrime ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’escrimeur israélien Yuval Freilich a remporté l’or au Grand Prix du Qatar mercredi. Une scène rare s’en est suivie : l’hymne national israélien joué en temps de guerre dans un pays qui n’a pas de liens avec Israël.

L’ancien champion d’Europe, âgé de 29 ans, portait une veste où l’on pouvait lire « Am Yisrael Chaï » (Le peuple d’Israël vit) en hébreu lorsqu’il a battu l’un des meilleurs escrimeurs du monde, le champion du monde français Yannick Borel. Son score final était de 15 touches à 9, ce qui lui a permis de faire un pas de plus vers la qualification pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

Gili Lustig, directeur général du Comité olympique, a qualifié la victoire de Freilich « d’impressionnant exploit dans un tournoi de niveau olympique », des propos cités par la Quatorzième chaîne.

« La victoire au Qatar et le fait de brandir le drapeau israélien dans des moments comme ceux-ci, sur cette scène unique, est la fierté israélienne à son apogée », a déclaré Lustig.

Freilich est devenu le premier escrimeur israélien à remporter un championnat d’Europe en Allemagne en 2019. L’escrimeur a grandi dans l’implantation de Neve Daniel, en Cisjordanie. Il est le fils d’immigrants australiens et pratique l’escrime depuis l’âge de cinq ans. Il a remporté deux médailles d’or aux championnats pour adolescents en 2014 et 2015 et une médaille d’argent dans la catégorie des moins de 23 ans en 2016.

La diffusion de l’Hatikvah, l’hymne national israélien, lors de la cérémonie de remise des prix à Doha survient quelques semaines après que deux joueurs de football israéliens ont été expulsés de Turquie pour avoir évoqué le sort des otages toujours détenus par les terroristes palestiniens du Hamas et ses complices dans la bande de Gaza depuis les massacres qu’ils ont perpétrés le 7 octobre dans les localités du sud d’Israël.

Le Qatar et Israël n’entretiennent pas de relations diplomatiques. Toutefois, en 2022, les deux nations ont coopéré pour permettre aux visiteurs israéliens d’assister à la Coupe du monde de football, notamment en autorisant les tout premiers vols charters directs entre l’aéroport Ben Gurion et Doha.

Doha, qui est l’un des principaux mécènes de la branche palestinienne des Frères musulmans et qui accueille ses dirigeants, a joué un rôle clé dans la négociation de la libération, en novembre, de 105 otages. Il est actuellement l’un des principaux médiateurs dans les pourparlers visant à faire libérer d’autres otages et à négocier une longue pause dans les combats.

En plus d’accueillir les membres de l’aile politique du Hamas depuis plus de dix ans, le Qatar abrite dans le même temps la plus grande base militaire américaine de la région.

Ces dernières semaines, plusieurs tentatives ont été menées pour cibler les sportifs israéliens dans le contexte de la guerre.

En janvier, la Fédération internationale de hockey sur glace est revenue sur sa décision d’interdire à Israël de participer à un championnat du monde organisé en Bulgarie. À l’origine, Israël devait accueillir une partie de la compétition de 2024, mais après l’assaut barbare du Hamas le 7 octobre et la guerre qui s’en est suivie à Gaza, les jeux ont été déplacés en Bulgarie et la fédération a annoncé qu’Israël en serait exclu en raison, selon eux, de « préoccupations concernant la sûreté et la sécurité de tous les participants ».

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé quelque 3 000 terroristes du Hamas envahir le sud d’Israël. Ils ont tué près de 1 200 personnes, dont la plus jeune avait 10 mois. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils et dont le plus jeune a aujourd’hui un an.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.