Rechercher

A Vegas, Trump hante la conférence de la Coalition juive républicaine

L'ancien président controversé était au centre des débats alors que les Juifs conservateurs auditionnaient les candidats pour 2024 - mais ils ignorent qui pourrait se mesurer à lui

Des personnes écoutent l'ancien président Donald Trump s'exprimer à distance lors d'une réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine, samedi 19 novembre 2022, à Las Vegas. (Crédit : John Locher/AP)
Des personnes écoutent l'ancien président Donald Trump s'exprimer à distance lors d'une réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine, samedi 19 novembre 2022, à Las Vegas. (Crédit : John Locher/AP)

LAS VEGAS, Nevada (JTA) – Pour les juifs républicains qui cherchent une alternative à Donald Trump dans la course à la présidentielle de 2024, Ted Cruz a représenté un choix alléchant samedi – du moins pendant quelques minutes.

« Lorsque je suis arrivé au Sénat il y a 10 ans, je me suis fixé comme objectif d’être le principal défenseur d’Israël aux États-Unis », a déclaré le sénateur du Texas lorsqu’il s’est adressé à la conférence de la Coalition juive républicaine le week-end dernier.

La foule qui s’est entassée dans une salle des fêtes du complexe de casino Venetian l’a applaudi, dans ce que certains d’entre eux appellent le « kosher cattle call », des auditions auprès de certains des plus grands donateurs de campagne du GOP.

Cruz a appliqué son ton folklorique à des phrases déjà assénées par les orateurs qui l’ont précédé, les faisant paraître fraîches. « Nancy Pelosi n’a plus de travail », a-t-il dit à propos de la présidente démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis, suscitant les applaudissements d’une foule qui savoure sa fragile majorité à la Chambre, l’une des rares victoires du parti républicain lors des élections de mi-mandat du 8 novembre.

Le sénateur républicain Ted Cruz lors d’une déclaration à la presse au Capitole, le 13 février 2021. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Mais l’ancien avocat constitutionnel a perdu son auditoire lorsqu’il a demandé à chacun de sortir son téléphone portable pour envoyer un SMS à un numéro associé à son podcast, « Verdict ». Alors que les murmures se transformaient en grognements, il est apparu clairement qu’environ un tiers des 800 personnes présentes dans la salle étaient des juifs observant le Shabbat, les empêchant de fait d’envoyer des SMS.

Cruz n’a jamais vraiment rétabli le contact avec le public, qui comprenait des donateurs aux poches profondes cherchant à choisir un candidat. Son discours était donc un exemple de la trajectoire de la plupart des discours des intervenants à la conférence de la Coalition juive républicaine, où il fallait répondre à deux questions lancinantes : Ce candidat a-t-il ce qu’il faut pour battre Trump, dont l’obsession de contester les résultats de l’élection de 2020 a contribué à alimenter les pertes électorales de cette année ? Et Trump va-t-il inévitablement écraser celui qui le défie ?

L’ancien président était au centre de chaque présentation et des conversations dans les couloirs pendant les pauses. Sur la scène, certains l’ont nommé, d’autres non, mais – à l’exception de Trump lui-même lors d’une allocution vidéo diffusée depuis sa résidence en Floride – peu l’ont fait avec enthousiasme.

Chris Christie, l’ancien gouverneur du New Jersey qui a été le premier des adversaires de Trump aux primaires en 2016 à abandonner et à le soutenir, puis parmi les premiers à le désavouer pendant sa présidence, a répété la remontrance qu’il avait formulée il y a un an – passer outre Trump.

L’ancien gouverneur du New Jersey, Chris Christie, prend la parole lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine, le 19 novembre 2022 à Las Vegas, dans le Nevada. (Crédit : Scott Olson/Getty Images/AFP).

Dites son nom, a exhorté Christie à la foule. « Il est temps d’arrêter de chuchoter », a-t-il dit. « Il est temps d’arrêter de faire le signe de tête complice, le ‘on ne peut pas parler’. Il est temps d’arrêter d’avoir peur d’une seule personne. Il est temps de se lever pour défendre les principes et les croyances sur lesquels nous avons fondé ce parti, ce pays. » Il a été très applaudi.

Trump a été le premier candidat à annoncer sa candidature pour 2024, la semaine dernière, et le seul jusqu’à présent. Mais d’autres, parmi la demi-douzaine de candidats potentiels présents à Las Vegas, ont clairement annoncé leur candidature.

Nikki Haley, l’ancienne ambassadrice aux Nations unies qui est une star parmi les groupes pro-israéliens de droite pour ses succès aux Nations unies dans la marginalisation des Palestiniens, a pratiquement dit au groupe qu’elle était prête.

L’ancienne ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, s’adresse à la conférence annuelle de la Coalition juive républicaine le 6 novembre 2021. (Coalition juive républicaine)

« Beaucoup de gens m’ont demandé si j’allais me présenter à la présidence », a déclaré Mme Haley. « Maintenant que les midterms sont terminés, je vais me pencher sérieusement sur la question et j’aurai bientôt davantage à dire. »

Les plus grandes acclamations ont été réservées à Ron DeSantis, le gouverneur de Floride qui a été un atout pour les républicains le 8 novembre, en se faisant réélire haut la main. DeSantis a énuméré ses bona fides pro-Israël (en boycottant les boycotteurs d’Israël) et ses guerres culturelles (en s’attaquant à Disney après que la société a protesté contre son projet de loi sur les « droits des parents dans l’éducation », connu par ses détracteurs sous le nom de « Don’t Say Gay »).

La foule a adoré. « L’État de Floride est l’endroit où le wokisme va mourir ! » a-t-il dit sous de longs applaudissements.

DeSantis n’a pas mentionné une seule fois Trump. L’ancien président l’a déjà pris pour cible, affirmant que le gouverneur de Floride devait son succès, quel qu’il soit, au soutien de Trump à sa candidature au poste de gouverneur en 2018, en le surnommant « Ron DeSanctimonious. »

Se voir attribuer ce surnom était un signe clair que DeSantis était un adversaire redoutable, a déclaré Fred Zeidman, un membre du conseil d’administration de la Coalition juive républicaine qui n’a pas encore soutenu de candidat. « C’est un gage d’honneur, dans la mesure où Trump vous a identifié comme un prétendant légitime à la présidence », a-t-il déclaré dans une interview.

Le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis s’exprime lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine à Las Vegas, dans le Nevada, le 19 novembre 2022.( (Crédit : Wade Vandervort / AFP

Pourtant, même DeSantis n’était pas un successeur évident de Trump. La Coalition juive républicaine se rend généralement aux conférences de l’année de campagne avec une idée claire des membres de son conseil d’administration qui soutiennent tel ou tel candidat, puis elle transmet le message aux républicains juifs qui doivent être contactés pour rejoindre une campagne potentielle.

Mais cela ne s’est pas produit cette année, et c’est à cause de Trump. Les républicains juifs sont toujours à la recherche de candidats, a déclaré Ari Fleischer, l’ancien porte-parole de l’administration de George W. Bush, qui est membre du conseil d’administration de la Coalition juive républicaine et qui n’a pas non plus soutenu de candidat, lors d’un entretien avec des journalistes.

Trump est un sujet tabou pour la Coalition juive républicaine, a expliqué Fleischer, juste après l’allocution de Trump. « Cela ne fait aucun doute. »

« Et il est un ancien président. Il a une force énorme et vous pouviez l’entendre et la sentir avec ce groupe, en particulier sur la politique, en particulier sur les questions de fond qu’il a pu accomplir au Moyen-Orient. Cela résonne auprès de beaucoup de gens ».

Trump a récolté des applaudissements pendant son discours en passant en revue le virage à droite toute opéré par son administration en matière de politique israélienne, en déplaçant l’ambassade à Jérusalem et en se retirant de l’accord sur le nucléaire iranien, entre autres mesures.

« D’autres personnes vont regarder son style et regarder les choses qu’il a dites, et se demander s’il est trop dangereux », a poursuivi Fleischer.

L’ancien sénateur américain Norm Coleman s’exprime devant un groupe républicain à Miami, en Floride, le 13 janvier 2011 (Crédit : AP Photo/J Pat Carter)

Dans son discours, Trump s’en est d’abord tenu à un scénario tourné vers l’avenir, mais vers la fin, il n’a pas pu s’empêcher de répéter ses mensonges sur les élections de 2020. Interrogé par le président de la Coalition juive républicaine, Norm Coleman, sur la façon dont il élargirait les Accords d’Abraham, les accords de normalisation qu’il a négociés entre Israël et quatre pays arabes, s’il était réélu, Trump a préféré plutôt évoquer l’élection de mi-mandat.

« Eh bien, nous avons eu une élection très déshonorante », a-t-il déclaré. « Nous avons obtenu plusieurs millions de voix de plus qu’en 2016, comme vous le savez tous, et le résultat a été une honte à mon avis, une honte absolue et un déshonneur. »

On a également pu assister à l’un des nombreux moments « only-in-Vegas » de cet événement qui réunit des groupes disparates, notamment de jeunes juifs laïcs des campus universitaires ébahis par le faste, des Juifs orthodoxes qui attendent dans les ascenseurs que quelqu’un d’autre appuie sur le bouton pour qu’ils puissent rejoindre leurs chambres, et des politiciens chrétiens et leurs collaborateurs qui rencontrent pour la première fois un environnement éminemment juif.

« Le Shabbat commence le vendredi soir et se termine le samedi soir », explique un jeune employé à un autre alors qu’ils contemplent un panneau « Shabbat Toilet » scotché à un urinoir. « Mais la chasse d’eau n’est-elle pas automatique de toute façon ? » interroge l’autre.

Tim Scott (photo credit: Courtesy)
Tim Scott (Crédit : autorisation)

Le sénateur de Caroline du Sud Tim Scott, un autre aspirant à l’élection de 2024, a été le seul orateur à dénoncer les violentes attaques commises à l’encontre des Juifs.

« Quand je pense à mes frères et sœurs de la communauté juive, à New York, qui sont attaqués dans les rues de New York, il est temps de se lever au nom de ces citoyens », a-t-il déclaré.

« Il faut se lever contre ceux qui répandent l’antisémitisme, la haine et le racisme ». Il a également été le seul orateur à faire l’éloge d’un démocrate, le sénateur du Nevada Jacky Rosen, avec qui il a lancé une coalition juive afro-américaine au Sénat.

Certains candidats potentiels, qui ont pris leurs distances avec Trump, ont prononcé son nom à voix haute, mais avec dédain.

« Trump disait que nous gagnerions tellement que nous serions fatigués de gagner », a déclaré Larry Hogan, qui termine un second mandat en tant que gouverneur d’un État démocrate, le Maryland, avec une forte cote de popularité.

« Eh bien, je suis las de voir notre parti perdre. Cette élection la semaine dernière, je suis encore plus écœuré et fatigué que je ne l’étais avant. C’est la troisième élection d’affilée que nous perdons et que nous aurions dû gagner. Moi je dis : trois strikes et vous êtes out. »

Le gouverneur du Maryland, Larry Hogan, lors d’une conférence de presse sur la propagation du coronavirus, à Annapolis, Maryland, le 6 mars 2020. (Crédit : Brian Witte/AP)

L’ancien vice-président Mike Pence a parsemé son discours de références affectueuses à l’égard de Trump et à son refus de tenir compte du personnel expérimenté qui conseillait une politique équilibrée au Moyen-Orient, un geste qui, selon Pence et la Coalition juive républicaine, a porté ses fruits.

Pourtant, Pence a également semblé condamner le refus de Trump des normes, son effort pour annuler sa défaite de 2020, qui a suscité une insurrection au Capitole américain où la vie de Pence a été menacée. « Le peuple américain doit savoir que notre parti respecte son serment à la Constitution, même lorsque l’opportunisme politique peut suggérer que nous agissions autrement », a déclaré Pence.

Une des contradictions parmi les personnes présentes était la nostalgie de la combativité de Trump associée au souhait de se libérer de son héritage.

L’ancien vice-président américain Mike Pence pendant un rassemblement à Manchester, dans le New Hampshire, le 17 août 2022. (Crédit : AP Photo/Charles Krupa)

Alan Kruglak, un entrepreneur en systèmes de sécurité du Maryland, a déclaré qu’il appréciait les mesures favorables aux entreprises introduites par Hogan dans son État, mais qu’il était plus intéressé par un battant comme DeSantis.

« Trump a fait de grandes choses, mais je pense que Trump a fait son temps, nous avons besoin de sang plus jeune et moins controversé », a déclaré Kruglak, 68 ans. « Trump doit passer le relais à quelqu’un de plus jeune, et avec moins de bagage, mais aussi indépendant. »

Le hic, c’est que Trump bénéficie encore de la loyauté d’environ 30 % du parti, selon les insiders, et cela pourrait être insurmontable lors d’une primaire serrée.

Selon Fleischer, Trump était inévitable comme finaliste, mais il ne devait pas être inévitable comme candidat.

« S’il y a cinq, six ou sept candidats conservateurs, Donald Trump gagnera avec une majorité de voix parce que personne d’autre ne s’en approchera. « S’il n’y en a qu’un ou deux, le combat sera équitable. »

Qui seraient ces un ou deux candidats ? Fleischer n’a pas voulu le dire. Et personne parmi les juifs républicains réunis à Las Vegas non plus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.