Amsterdam renomme une salle honorant un collaborateur des nazis
Rechercher

Amsterdam renomme une salle honorant un collaborateur des nazis

Piet Mijksenaar, un ancien responsable important de la ville, avait "aidé à la déportation des Juifs", affirme un observatoire

L'imposant Hollandsche Schouwburg, ou Théâtre hollandais, a servi de point de rassemblement pendant les rafles nazies de juifs d'Amsterdam. (Crédit : Matt Lebovic)
L'imposant Hollandsche Schouwburg, ou Théâtre hollandais, a servi de point de rassemblement pendant les rafles nazies de juifs d'Amsterdam. (Crédit : Matt Lebovic)

AMSTERDAM — Une salle municipale d’Amsterdam qui, depuis trente ans, portait le nom d’un ancien responsable municipal qui avait aidé à déporter les Juifs vers la mort sera renommée, a fait savoir le maire de la capitale néerlandaise.

La décision prise cette semaine par le maire Eberhard van der Laan a suivi un appel lancé par le Centre d’Information et de documentation sur Israël (CIDI), qui réclamait la suppression du nom de Piet Mijksenaar à l’entrée d’une salle de conférences.

Une enquête interne a déterminé que Mijksenaar, haut-responsable municipal durant l’occupation nazie des Pays-Bas, avait « conçu une manière plus maligne et plus rapide de déclarer les actifs saisis par la banque de confiscation Lippmann & Rosenthal », a écrit van der Laan en réponse à une demande des membres du conseil municipal qui réclamaient des informations sur cette enquête. Lippmann & Rosenthal était une banque appartenant à des Juifs à laquelle les nazis avaient donné pour mission de voler les biens des Juifs.

La requête soumise par le CIDI, un observatoire de l’antisémitisme, pour que la municipalité donne un nouveau nom à cette salle de conférence est survenue suite à la publication d’un livre écrit par un historien sur le ghetto d’Asterdorp, dans le nord d’Amsterdam, détaillant « l’aide enthousiaste [apportée par Mijksenaar] dans la déportation des Juifs, et ses luttes constantes pour rendre ce processus plus rapide et efficace », a fait savoir le CIDI dans un communiqué.

Selon le quotidien Het Parool, Mijksenaar aurait également aidé à sauver deux Juifs détenus au Hollandsche Schouwburg, un théâtre d’Amsterdam qui avait été transformé par les nazis en camp de transit pour les Juifs. Mais son passé de collaboration avec l’occupation nazie reste obscur.

De plus, la ville de Dordrecht, dans le sud de la Hollande, a également indiqué qu’elle se pencherait sur des plaintes déplorant que son principal musée dédié à la Seconde Guerre mondiale fasse mal la distinction entre victimes et auteurs d’abus. Un habitant local a regretté que dans l’une des sections du musée, les soldats ayant combattu aux côtés de l’Allemagne nazie soient commémorés au même titre que les Juifs assassinés durant l’Holocauste.

Cet habitant, Edjo Frank, a écrit à la ville pour se plaindre, a fait savoir mardi le site d’information Jonet.

Banale en Europe de l’est et centrale, la vénération des collaborateurs nazis est relativement rare aux Pays-Bas.

L’année dernière, Allseas – un géant de construction de navire ayant construit un grand vaisseau auquel il avait attribué le nom de l’ancien officier SS Pieter Schelte – avait accepté de changer ce nom suite à des années de campagne menées par des militants anti-fascistes, notamment le CIDI.

Le livre détaillant la collaboration de Mijksenaar, « Asterdorp », écrit par Stephan Steinmetz, a également révélé qu ‘Amsterdam avait élevé le prix des loyers pour les Juifs après leur confinement dans des ghettos construits sur des terrains et dans des propriétés appartenant à la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...