Augmentation de la consommation de viande et de poisson pour Pessah
Rechercher

Augmentation de la consommation de viande et de poisson pour Pessah

Selon le ministère de l'Agriculture, la consommation de poulet augmente de 150 % en comparaison à la moyenne annuelle ; le gâchis de nourriture augmente lui de 14 %

Des conserves de Gefilte Fish sont posées sur les étagères en attendant d'être achetées par les consommateurs au magasin de Pessah de McGaffrey, le 2 avril 2004 à Yardley, Pennsylvanie. 
(Photo de William Thomas Cain/Getty Images)
Des conserves de Gefilte Fish sont posées sur les étagères en attendant d'être achetées par les consommateurs au magasin de Pessah de McGaffrey, le 2 avril 2004 à Yardley, Pennsylvanie. (Photo de William Thomas Cain/Getty Images)

Les Israéliens achètent six fois plus de carpe fraîche durant le mois lors duquel a lieu Pessah en comparaison au reste de l’année, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture et du Développement rural publiées à l’approche de la fête religieuse.

La carpe est l’ingrédient principal dans le gefilte fish, un plat traditionnel à base de poisson qui est une étape obligée de Pessah pour les Juifs ashkénazes.

La consommation israélienne de poisson est en réalité beaucoup plus basse que celle de ses voisins de Méditerranée. L’Israélien moyen mange 18 kg de poisson par an, à comparer aux 30 à 60 kg de poissons mangés dans les autres pays du pourtour méditerranéen.

Pendant Pessah, la consommation de viande rouge augmente aussi de 45 % et la consommation de poulet augmente de 150 % en comparaison à la moyenne annuelle. Les Israéliens mangent en moyenne 16 kg de viande rouge et 58 kg de poulet chaque année.

La moyenne des pays de l’OCDE est de 30 kg de poulet par personne et par an, et aux Etats-Unis cette moyenne se situe à 50 kg. La consommation mondiale moyenne de poulet est de 14 kg par personne et par an.

Même si les œufs occupent une place spéciale lors du repas du Seder, car ils symbolisent un nouveau départ, la consommation d’œufs augmente seulement de 7 %. Des Israéliens mangent en moyenne 240 œufs par an, et environ 2 milliards d’œufs sont produits chaque année dans les 2 000 fermes de poules en Israël, principalement dans la région du nord.

Avec l’augmentation de la consommation, Pessah est aussi l’une des périodes où l’on gâche le plus par an en Israël. Selon Leket, une organisation qui cherche à réduire le gâchis alimentaire, durant le seul mois de Pessah, on gâche environ pour 1,126 milliard de shekels de nourriture (278 millions d’euros). Cela représente 106 000 tonnes de nourriture comestible qui est tout simplement jetée, l’équivalent de 350 Boeings 747.

Le gâchis de nourriture pendant cette période est d’environ 14 % supérieur aux mois normaux, selon Leket et l’entreprise de conseil BDO. Cela s’explique car la plupart de la nourriture non-casher durant Pessah comme le pain et les pâtisseries est jetée par les chaînes de distribution et les consommateurs avant Pessah. En outre, les nourritures spécifiques de Pessah comme les céréales, les cookies et la matzah ne sont généralement pas mangés après la fête de sept jours, parce qu’ils n’ont pas bon goût, et ils sont donc jetés par les consommateurs et les supermarchés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...