Autriche : condamné pour avoir appelé « nazi » le candidat à la présidentielle du FPÖ
Rechercher

Autriche : condamné pour avoir appelé « nazi » le candidat à la présidentielle du FPÖ

Hofer, candidat d'extrême droite, s'était incliné de justesse au second tour des élections, le 22 mai, mais elles ont par la suite été annulées début juillet ; les citoyens sont donc appelés à voter à nouveau le 2 octobre

Le candidat à la présidentielle du Parti Liberté autrichien (FPO) d'extrême-droite, Norbert Hofer, le 20 mai 2016. (Crédit : Joe Klamar/AFP)
Le candidat à la présidentielle du Parti Liberté autrichien (FPO) d'extrême-droite, Norbert Hofer, le 20 mai 2016. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

La justice autrichienne a rappelé à l’ordre un élu social-démocrate (SPÖ) qui devra se retenir d’appeler « nazi » le candidat du parti d’extrême droite, Nobert Hofer, à l’élection présidentielle du mois d’octobre, comme il l’avait fait sur Facebook au printemps.

Le tribunal d’Innsbruck (sud-ouest) a condamné le responsable du SPÖ dans la province du Tyrol, Ingo Mayr, à s’abstenir de « l’affirmation explicite et/ou de tout synonyme » assimilant Hofer, un cadre et député du FPÖ, à un « nazi », selon le jugement du tribunal cité lundi dans la presse.

C’est le terme qu’avait utilisé Mayr à deux reprises, dans des commentaires sur sa page Facebook lors du scrutin présidentiel extrêmement serré au printemps, entre Norbert Hofer et l’écologiste Alexander Van der Bellen.

Il s’agit d’une condamnation au civil mais une plainte au pénal déposée par le candidat FPÖ sera par ailleurs jugée le 29 juillet.

Arrivé en tête au premier tour, Hofer avait été battu de peu au second tour le 22 mai. Puis ce second tour a été annulé début juillet par la cour constitutionnelle en raison d’irrégularités dans le dépouillement et une nouvelle élection se tiendra le 2 octobre.

En attendant, l’intérim à la tête de l’Etat est assuré par la présidente du Parlement et les deux vice-présidents, dont Nobert Hofer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...