Bezalel Smotrich : les Arabes sont citoyens d’Israël « pour le moment du moins »
Rechercher

Bezalel Smotrich : les Arabes sont citoyens d’Israël « pour le moment du moins »

Smotrich reste sur ses positions contre un gouvernement soutenu par le parti islamiste Raam, disant que toute coalition reposant sur des "partisans du terrorisme" est inacceptable

Le dirigeant du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich prend la parole lors d'une réunion de faction de la Knesset le 26 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le dirigeant du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich prend la parole lors d'une réunion de faction de la Knesset le 26 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le dirigeant du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich a fait remarquer lundi que les Arabes sont des citoyens d’Israël, « pour le moment du moins ».

Le parti d’extrême droite de Smotrich fait partie du bloc droite-religieux du Premier ministre Netanyahu. Son refus de rejoindre un gouvernement minoritaire de droite soutenu par le parti islamiste Raam bloque l’une des rares voies possibles qu’à Netanyahu pour former une coalition.

« Certains de nos ennemis siègent encore à la Knesset et il y a ceux qui pensent qu’il est possible de compter sur eux pour constituer un gouvernement. Ouvrez les yeux et supprimez cette stupidité de l’ordre du jour », a déclaré Smotrich dans des remarques préparées devant la presse au début de la réunion de la faction du Parti sioniste religieux, faisant apparemment référence à Raam.

Dénigrant davantage la minorité arabe d’Israël, M. Smotrich a déclaré que « les Arabes sont des citoyens d’Israël, du moins pour le moment. Ils ont des représentants, des députés, pour le moment du moins. À mon avis, d’ailleurs, les représentants qui sont des partisans du terrorisme ne sont pas censés être ici. »

Smotrich faisait référence à la fois aux partis à majorité arabe Liste arabe unie et Raam, dont les membres ne sont pas sionistes, mais se sont prononcés contre la violence et le terrorisme.

Bezalel Smotrich de Yamina (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Autorisation)

Le président du Parti sioniste religieux a déclaré que, dans certains cas, la coopération avec les partis à majorité arabe est acceptable, mais que la formation d’un gouvernement qui dépend d’eux est inacceptable.

Au lieu de cela, il a demandé au président de Tikva Hadasha, Gideon Saar, qui a juré de ne pas servir sous Netanyahu, de mettre de côté ses différences avec le Premier ministre et de faire exactement cela afin qu’un gouvernement de droite puisse être formé.

Le Parti sioniste religieux a réussi à entrer à la Knesset avec six sièges, en grande partie grâce à Netanyahu, qui a orchestré une fusion entre la faction d’extrême droite de Smotrich et les partis néo-kahanistes Otzma Yehudit et Noam anti-LGBT, encore plus radicaux. Les députés figurant sur la liste du parti ont une longue histoire de déclarations contre les Arabes, les musulmans, les Palestiniens et les personnes LGBT.

Mais la semaine dernière, M. Smotrich a suggéré qu’il était peut-être temps pour le Premier ministre de partir, en raison de ce qu’il a considéré comme une faible réponse de Netanyahu aux troubles israélo-palestiniens en cours à Jérusalem.

Netanyahu a appelé samedi au « calme de tous les côtés » après plusieurs nuits d’affrontements et de chaos à Jérusalem-Est.

Postant une vidéo de vendredi soir du passage à tabac d’un Israélien par une foule palestinienne, Smotrich a tweeté : « Dites-moi, après d’innombrables incidents terroristes et lynchages par l’ennemi arabe ces derniers jours, et après un barrage de roquettes de Gaza sur les localités du sud, Netanyahu a-t-il sérieusement appelé ce soir à « calmer les esprits de tous les côtés ??? ».

« Peut-être qu’il est vraiment temps de le remplacer. »

Le parti Likud de Netanyahu a répondu : « Après que le Premier ministre et le Likud ont apporté trois sièges au Parti sioniste religieux et leur ont réservé un autre siège [sur la liste du Likud], et puisque Smotrich n’est pas partie prenante des évaluations de sécurité, il serait préférable qu’il fasse preuve d’humilité et de gratitude et qu’il ne s’en prenne pas au Premier ministre. »

Dimanche matin, le député extrémiste du Parti sioniste religieux Itamar Ben Gvir, chef de la faction Otzma Yehudit, a déclaré au radiodiffuseur public Kan que la déclaration de Netanyahu était une « honte ».

« Je ne veux pas évincer Netanyahu, je veux former un gouvernement avec lui », a déclaré Ben Gvir, interrogé sur le commentaire de Smotrich. « D’un autre côté, ses remarques étaient déplacées, il n’y a pas d’équivalence. Ils lynchent des Juifs, font du mal aux Juifs et Netanyahu reste silencieux – à mon avis, c’est une honte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...