Rechercher
Analyse

Ce que la dénonciation de la nièce de l’ayatollah Ali Khamenei signifie

Lorsque des critiques acerbes et un soutien franc aux manifestations émanent de la propre famille du Guide suprême, cela est signe que le régime a de sérieux problèmes

Farideh Moradkhani, nièce du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dans une vidéo publiée en ligne critiquant le régime de son oncle. (Crédit : Twitter)
Farideh Moradkhani, nièce du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dans une vidéo publiée en ligne critiquant le régime de son oncle. (Crédit : Twitter)

Lorsque les enfants de l’élite iranienne – connus localement sous le nom « d’Aghazadeh » – attaquent fortement et publiquement les principes fondamentaux du régime révolutionnaire et appellent à une action internationale, c’est signe que l’élite dirigeante est en train de craquer et que le régime pourrait bien s’effondrer.

Cette semaine, Farideh Moradkhani, la nièce du Guide suprême Ali Khamenei, s’en est pris au régime de son oncle, le qualifiant de « meurtrier et tueur d’enfants », et a appelé la communauté internationale à cesser de le soutenir.

Dans une vidéo, mise en ligne par son frère depuis la France après son arrestation à Téhéran quelques jours plus tôt pour des motifs non-précisés, Moradkhani a condamné « l’oppression claire et évidente » de son peuple.

Elle a qualifié de « risibles » les sanctions internationales prises à l’encontre du régime pour sa répression et s’est déclarée déçue que le peuple iranien ait été laissé seul dans sa lutte.

Moradkhani justifie les protestations actuelles, sous la bannière « Femmes, vie, liberté » et la demande d’abolition du hijab obligatoire – en dénonçant le régime comme « déloyal à tous ses principes religieux et ignorant toute loi ou règle sauf celle de la force et du maintien de son pouvoir par tous les moyens possibles ».

Mais contrairement aux nombreuses femmes très en vue dans le pays qui ont publié des photos d’elles-mêmes à cheveux découverts pour exprimer leur soutien à la lutte en cours, Moradkhani choisit, en tant que musulmane pratiquante, de lancer l’allégation de déloyauté envers les principes islamiques tout en portant son voile islamique.

Moradkhani critique le régime depuis des années et a été arrêtée plusieurs fois par le passé. Sa famille, notamment sa mère et la sœur de Khamenei, Badri, son père religieux, Ali Tehrani, et son frère Mahmoud, ont tous pris la parole.

Mais la dernière critique de Moradkhani se distingue par son ton et son contenu extrêmes, et par le fait qu’elle l’a dirigée contre Khamenei lui-même. Elle fait suite à la condamnation par Khamenei des manifestations qui, selon lui, ont été orchestrées par des ennemis étrangers tels que les États-Unis et Israël.

Cette critique publique de la nièce de Khamenei est probablement la plus sévère de l’un des Aghazadeh depuis la révolution de 1979.

Le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, s’exprimant lors d’une réunion avec un groupe de forces paramilitaires Basij à Téhéran, en Iran, le 26 novembre 2022. (Crédit: Bureau du Guide suprême iranien via AP/Dossier)

Les filles de l’ancien président Akbar Hashemi Rafsanjani, l’une des figures de proue de la République islamique au cours de ses trois premières décennies, ont également critiqué le régime au cours des 20 dernières années, en particulier depuis la mort de leur père dans ce que certains considèrent comme suspecte ; il a également critiqué Khamenei au cours des dix dernières années de sa vie.

« Les manifestants… ont raison »

Faezeh Hashemi, la fille de Rafsandjani, âgée de 60 ans, qui réside à Téhéran, a également apporté son soutien aux manifestations nationales actuelles, les décrivant comme la « poursuite des revendications passées, juste sous un nouveau format ».

Dans des déclarations diffusées la semaine dernière par Radio Farda, le radiodiffuseur en langue perse de Radio Free Europe, Hashemi, qui aurait été arrêtée à Téhéran fin septembre pour incitation, affirme que le régime veut écraser les manifestations en les présentant comme inauthentiques.

« Cette société est déçue par les réformes de la République islamique, et le corps dirigeant ne peut pas non plus s’adapter à la nouvelle génération. Cette question a conduit les manifestants à conclure qu’ils [le régime] ne devraient plus gouverner, et, à mon avis, ils ont raison ! », a expliqué Hashemi.

Comme Moradkhani, Hashemi estime que le régime a dévié de sa trajectoire et est devenu « une dictature pour le bien de sa propre survie ». Hashemi va même plus loin dans une récente séquence audio. « Le chah était cruel », dit-elle, « mais la République islamique – à savoir nous – a fait tellement plus de mal qu’elle rend le chah plus beau. »

Hashemi était la représentante de Téhéran au parlement iranien Majlis au milieu des années 1990 et a été emprisonnée pendant six mois pour avoir participé aux manifestations de 2009 après l’élection présidentielle contestée de cette année-là. En 2018, Hashemi a déclaré publiquement que la seule raison pour laquelle il n’y avait pas eu de changement de régime était l’incertitude du public quant à la personne qui prendrait le pouvoir.

Des Iraniens protestant contre la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs, à Téhéran, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Middle East Images/Dossier)

Hashemi et Moradkhani ne sont pas les seuls à exprimer ouvertement leur désillusion et leur opposition au régime. Un autre Aghazadeh important, Hassan Khomeini, petit-fils âgé de 50 ans de l’ayatollah Khomeini, le critique depuis vingt ans. En 2018, il a averti que « la fragmentation sociale continue, la propagation de la haine, de la rancune, de l’hypocrisie, des doubles standards et de la malhonnêteté est un mauvais signe pour le gouvernement. » L’année dernière, il aurait été dissuadé par Khamenei lui-même de soumettre sa candidature au Conseil des experts. Depuis lors, il est resté silencieux.

Malgré les critiques et le tollé général, les dirigeants iraniens n’ont pas complètement coupé les ponts avec ces Aghazadeh. À la mi-novembre, par exemple, il a été confirmé que Fatemeh Hashemi, la sœur de Faezeh, avait rencontré Mojtaba Khamenei, le fils du Guide suprême, bien qu’elle ait nié avoir discuté des protestations en cours.

Les critiques acerbes de Moradkhani à l’égard du régime et, surtout, son attaque directe contre son oncle lui-même pourraient inciter d’autres Aghazadeh à sortir de leur zone de confort et à rejoindre la jeune génération dans sa lutte pour la liberté.

Avec leur soutien, ainsi que celui des célébrités iraniennes, les protestations en cours pourraient encore entrer dans une nouvelle phase – une phase qui pourrait signifier le début de la fin de cette dictature islamique en Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.