Rechercher

Iran : arrestation de la nièce du guide suprême, selon son frère

Connue pour son activisme contre la peine de mort en Iran, Farideh Moradkhani est la fille de la soeur d'Ali Khamenei, qui avait fui avec sa famille dans les années 1980 en Irak

Farideh Moradkhani, nièce du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dans une vidéo publiée en ligne critiquant le régime de son oncle. (Crédit : Twitter)
Farideh Moradkhani, nièce du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dans une vidéo publiée en ligne critiquant le régime de son oncle. (Crédit : Twitter)

Les autorités iraniennes ont arrêté la nièce du guide suprême Ali Khamenei pour avoir dénoncé la répression du mouvement de contestation en Iran et qualifié le pouvoir de « régime assassin », a affirmé samedi son frère.

Connue pour son activisme contre la peine de mort en Iran, Farideh Moradkhani est la fille de la soeur d’Ali Khamenei, qui avait fui avec sa famille dans les années 1980 en Irak. Son père décédé en octobre, cheikh Ali Tehrani, était un opposant au chah d’Iran avant de devenir un critique de la République islamique d’Iran.

Farideh Moradkhani a été arrêtée mercredi après une convocation au bureau du procureur, a écrit son frère Mahmoud Moradkhani sur Twitter.

Il a partagé sur YouTube une vidéo de sa soeur condamnant « l’oppression évidente » subie par les Iraniens et dénonçant l’inaction de la communauté internationale.

« Peuples libres, soyez à nos côtés! Dites à vos gouvernements de ne plus soutenir ce régime assassin et infanticide », y affirme Farideh Moradkhani. « Ce régime n’est pas fidèle à ses principes religieux et ne sait gouverner que par la force pour rester au pouvoir », accuse-t-elle.

Il n’est pas précisé quand cette vidéo a été filmée.

La nièce du guide suprême a déjà été arrêtée début 2022 après avoir salué Farah Diba, la veuve du chah renversé par la révolution islamique en 1979.

L’ONG Human Rights Activists News Agency (HRANA), basée aux Etats-Unis, a confirmé l’arrestation de Mme Moradkhani, précisant qu’elle risque 15 ans de prison, sans préciser les accusations pesant sur elle.

Lors d’un rassemblement dans le centre de Rome, le samedi 29 octobre 2022, une femme dont le visage est scindé en deux : d’un côté du rouge sang qui dégouline et de l’autre le drapeau de l’Iran, en mémoire à la mort de Mahsa Amini, une femme décédée alors qu’elle était en garde à vue en Iran.(Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia )

L’Iran est secoué par un mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran.

Les autorités dénoncent ces protestations comme des « émeutes » encouragées selon elles par l’Occident.

Plus de 14 000 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement selon l’ONU.

Au moins 416 personnes ont été tuées dans la répression, selon un dernier bilan de l’ONG Iran Human Rights (IHR), basé en Norvège : 290 lors des protestations contre la mort de Mahsa Amini et 126 dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est) dont plus de 90 le 30 septembre dans la capitale provinciale Zahedan, lors de manifestations contre le viol d’une adolescente imputé à un policier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.