Clement Attlee, Premier ministre anglais, avait accueilli un enfant juif en 1939
Rechercher

Clement Attlee, Premier ministre anglais, avait accueilli un enfant juif en 1939

Le chef du Labour, dans l'opposition à l'époque avait, à ce moment-là, abrité Paul Willer - 90 ans aujourd'hui - qui le décrit comme un "un gentil homme et un gentilhomme"

Clement Attlee avec Violet Atlee, à gauche, lors de la grande victoire remportée par le Labour, le 26 juillet 1945 (Crédit : AP Photo)
Clement Attlee avec Violet Atlee, à gauche, lors de la grande victoire remportée par le Labour, le 26 juillet 1945 (Crédit : AP Photo)

L’ancien Premier ministre britannique Clement Attlee avait accueilli un enfant juif à son domicile pendant quatre mois, juste avant la Seconde Guerre mondiale. Il n’aura jamais évoqué en public cet épisode de sa vie, a fait savoir The Guardian mardi, cinq décennies après la mort du leader du Labour.

En 1939, alors qu’il était chef de l’opposition, Attlee avait aidé à la fuite d’une mère juive allemande et de ses deux fils au Royaume-Uni. L’un des deux enfants, Paul Willer, qui était âgé de dix ans à l’époque, avait été invité à rester chez Atlee à son domicile situé au nord-ouest de Londres.

« C’était une offre généreuse, d’une gentillesse remarquable », déclare Willer qui est aujourd’hui âgé de 90 ans. « Atlee était un homme humble. Il n’a tiré aucune gloire de cela, quelle qu’elle soit. Il a agi pour les bonnes raisons ».

Willer rencontrera mercredi la petite-fille d’Atlee, a noté le reportage.

Sa fuite d’Allemagne avait été organisée par sa mère, Franziska Willer, après la Nuit de Cristal en 1938. Franziska Willer était mariée à un homme chrétien qui l’avait quittée en 1933 et qui avait épousé plus tard l’idéologie nazie. Cet homme s’est suicidé en 1964.

Par l’intermédiaire de sa soeur, qui vivait à Londres, et d’un pasteur qui habitait le même secteur qu’Atlee, il avait été décidé que Paul Willer viendrait vivre au domicile de la famille Atlee pendant quatre mois.

« On m’a emmené dans ce qui était une très grande maison », se souvient Willer en évoquant sa toute première rencontre avec Clement Atlee. « Il y avait une cuisinière et une domestique. Le lendemain de mon arrivée, Martin, le fils du couple [Feu Lors Atlee], qui avait mon âge, m’a emmené à l’étage et a pris un bain froid, et il m’a encouragé à faire la même chose. J’ai pensé : ‘Est-ce que c’est quelque chose qu’ils ont l’habitude de faire à Pâques ?’ Il s’est ensuite avéré que les bains froids étaient quotidiennement pris par les hommes de la famille ».

A l’époque, raconte The Guardian, Attlee composait son opposition face à la politique d’apaisement mise en oeuvre par Nelson Chamberlain.

« Il était un gentil homme et un gentilhomme. Il était très gentil avec les enfants, affectueux. Au petit-déjeuner, on se réunissait autour de la table et il jouait à ce jeu où il prenait une pièce de monnaie et où il nous demandait quel était le roi figurant dessus. Celui qui donnait la bonne réponse conservait la pièce », dit Willer.

La révélation faite par The Guardian survient 51 ans après la mort d’Atlee.

En 1945, Attlee avait été élu Premier ministre, un poste qu’il avait conservé jusqu’en 1951. Il avait été précédé à cette fonction par Winston Churchill, qui lui aura encore succédé ensuite.

C’est sous sa gouvernance que le mandat britannique avait été dissous, ouvrant la voie à l’Etat d’Israël. Avant la fondation de l’Etat juif, des milliers de Juifs européens, parmi eux de nombreux survivants de la Shoah, avaient eu l’interdiction de s’installer en Palestine, sous les termes de la politique d’immigration britannique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...