Rechercher

COVID-19: Israël se redirige vers une vie normale, selon Sharon Alroy-Preis

Le directrice de la santé publique soutient que les restrictions doivent être maintenues pour le moment en raison du nombre toujours élevé d'infections quotidiennes

Des passants sur Jaffa Street à Jérusalem, le 2 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des passants sur Jaffa Street à Jérusalem, le 2 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Un haut responsable de la santé a déclaré lundi que le pays se dirigeait vers la reprise d’une vie normale parallèlement à la pandémie de coronavirus.

« On pourrait dire que nous sommes proches de la ‘normalisation avec le virus’, pour ainsi dire », a déclaré le Dr Sharon Alroy-Preis, directrice de la santé publique au ministère de la Santé, au site d’information Ynet. « Nous avançons dans cette direction à travers différentes étapes. Les enfants dans les écoles n’ont plus besoin d’être mis en quarantaine ; idem pour les personnes revenant de l’étranger. »

Alroy-Preis s’exprimait alors qu’Israël commençait à voir des données indiquant un nouveau recul de la pandémie, le taux de reproduction étant tombé en dessous de 1 pour la première fois en deux semaines, indiquant que les porteurs de COVID-19 transmettent le virus à un nombre décroissant de personnes.

Malgré l’évaluation optimiste, Alroy-Preis a noté que de nouveaux variants continueront de constituer une menace de nouvelles épidémies.

« [Nous devons] garder à l’esprit que la vitesse à laquelle les variants et les changements se produisent est très élevée, nous maintenons donc toujours les restrictions et surveillons ce qui se passe à l’étranger, pour nous assurer que nous identifions tout danger potentiel. Ceci est différent de toutes autres sortes de virus respiratoires. Nous sommes encore dans un monde incertain », a-t-elle déclaré.

Alroy-Preis a souligné l’importance du vaccin dans le contrôle du virus, affirmant que c’est la raison de l’absence d’augmentation des cas graves et de la mortalité malgré une récente augmentation des cas.

Le Dr Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem sur les nouvelles restrictions relatives aux coronavirus, le 12 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Alroy-Preis a écarté la possibilité que les responsables lèvent prochainement l’obligation du port du masque dans les espaces clos.

« Nous voyons toujours des milliers de nouveaux cas par jour, donc l’obligation du port du masque dans les espaces clos est maintenue, et je recommande fortement à tout le monde d’y conformer », a-t-elle déclaré.

Ces derniers jours on déclare environ 10 000 nouveaux cas chaque jour, contre environ 14 000 fin mars.

Selon les dernières données du ministère de la Santé, sur les 59 638 personnes qui ont été testées pour le virus dimanche, 17,88 % ont reçu un résultat positif, soit 10 664 cas.

Illustration : Un technicien prélève un échantillon d’écouvillon nasal pour la COVID-19, au laboratoire du coronavirus, à l’aéroport international Ben-Gurion, le 2 mars 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

On dénombre 58 341 infections actives, dont 254 patients hospitalisés dans un état grave, dont 98 sous respirateurs. Le nombre de patients dans un état grave ou sous respirateur a continué de baisser malgré la récente augmentation des infections.

Le nombre de morts s’élève à ce jour, à 10 530.

Les responsables de la santé ont en partie attribué la récente augmentation des cas au variant BA.2, un sous-variant d’Omicron qui serait plus contagieux que l’original.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...