Rechercher

Dans un stade survolté, le PSG bat difficilement le Maccabi-Haïfa FC

Après avoir marqué le premier but, laissant stupéfait le stade, le Maccabi, qui a multiplié les attaques, a perdu avec honneur face au PSG et son trio Messi-Neymar-Mbappé

Tjaronn Chery, milieu de terrain surinamais du Maccabi Haïfa, avec ses coéquipiers après avoir marqué le but d'ouverture lors du match de football du groupe H de l'UEFA Champions League entre le club israélien du Maccabi Haïfa d'Israël et le club français du Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : RONALDO SCHEMIDT / AFP)
Tjaronn Chery, milieu de terrain surinamais du Maccabi Haïfa, avec ses coéquipiers après avoir marqué le but d'ouverture lors du match de football du groupe H de l'UEFA Champions League entre le club israélien du Maccabi Haïfa d'Israël et le club français du Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : RONALDO SCHEMIDT / AFP)

Pendant 13 minutes ce mercredi soir, le Maccabi Haïfa FC s’est senti au sommet du football mondial alors qu’il menait 1-0 face aux géants du Paris Saint-Germain. Puis la réalité a rattrapé le rêve du petit poucet de la compétition, Paris l’emportant finalement 1-3 au bout d’une prestation collective moins aboutie que le jeu présenté par le club en début de saison.

Si l’espoir de chambouler l’histoire du sport israélien s’est ainsi estompé pour Haïfa, l’ambiance dans ce stade Sammy Ofer n’a fait qu’amplifier, les commentateurs sportifs étrangers saluant à de nombreuses reprises la ferveur venue des tribunes – à tel point qu’elle a empêché à plusieurs reprises les joueurs de communiquer efficacement entre eux pendant le jeu.

Dans cette ambiance fantastique, digne des plus fameux chaudrons du foot, avec des chants incessants et des ultras bondissants, pas loin de 100 % du public portait un maillot du Maccabi – hormis dans le quart de virage avec 1 500 Parisiens venus pour soutenir leur équipe.

Après le but de Tjaronn Chery, milieu de terrain surinamais du Maccabi Haïfa, à la 24e minute sur un centre de Dolev Haziza suite à un ballon perdu, mal joué par Marco Verratti pour Sergio Ramos, l’Argentin Lionel Messi, le Brésilien Neymar et le Français Kylian Mbappé, ont finalement su creuser l’écart dans ce match de la 2e journée du groupe H de l’UEFA Champions League.

La défaite israélienne était certes largement attendue. Mais peu auraient osé prédire qu’il faudrait au PSG, l’une des équipes favorites de la compétition, attendre jusqu’à la 88e minute pour enfin s’estimer sauvé d’un match nul voire d’une défaite à Haïfa, tant les Verts ont su mettre en difficulté la défense du club français au financement qatari hors-norme.

Le PSG aurait pu ouvrir le score en 70 secondes, quand Mbappé a fait irruption dans la surface israélienne, pour finalement voir son effort être freiné par un arrêt risqué du gardien de Haïfa Josh Cohen.

Devant un stade à guichets fermés comptant 30 421 spectateurs, le premier et unique but de Haïfa a mis fin à une série de sept matchs consécutifs de phase de groupes de la Ligue des champions au cours desquels le club israélien n’a pas réussi à toucher le fond du filet une seule fois – le dernier but de l’équipe dans la compétition remontait à 2002.

Les joueurs de Haïfa ont un temps cru qu’ils avaient réussi à marquer un deuxième but, quand Frantzdy Pierrot a mis le ballon au fond des filets parisiens – mais l’action a été signalée hors-jeu.

Le PSG a finalement égalisé à la 37e minute, quand Messi est parvenu à marquer après un centre de Mbappé, le gardien Josh Cohen ne parvenant cette fois pas à arrêter le ballon – permettant à la star argentine de marquer lors des… 18 saisons de Ligue de champions qu’il a disputées, un record.

Mais le manque d’intensité des Parisiens a permis aux Verts d’être dangereux encore deux fois, sur une frappe croisée d’Atzili (43e) et surtout une nouvelle frappe puissante de Chery joliment boxée par Donnarumma (45e+1). Le gardien italien avait aussi détourné une frappe lourde de Mohammad Abu Fani (11e). Le Maccabi s’est encore montré une fois dangereux, sur une frappe de Pierre Cornud, un des Français du Maccabi, détournée… par son coéquipier Frantzdy Pierrot (52e).

Puis le PSG a remis un peu de peps dans son jeu. Cornud est arrivé sur le ballon juste avant Nordi Mukiele sur un tir de Messi dévié par Cohen (64e).

Les joueurs se disputent le ballon lors du match de football du groupe H de l’UEFA Champions League entre le club israélien du Maccabi Haïfa d’Israël et le club français du Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Et une passe côté gauche de la « Pulga » a lancé Mbappé vers une de ses frappes croisées enveloppées qu’il manque rarement. Le champion du monde a marqué là, à la 69e minute, son 30e but en C1 pour le PSG, rejoignant l’Uruguayen Edinson Cavani, et permettant au PSG de prendre un avantage qui semblait inévitable.

Haïfa a continué à défier la fragile défense du PSG, comme elle a su le faire tout au long du match.

À 1-2, le public ne s’est à aucun moment découragé, mais le Maccabi a nettement perdu du terrain, malgré sa fidélité aux préceptes offensifs de son entraîneur, Barak Bakhar, qui avait promis de ne pas baisser la garde.

Omer Atzili, l’incisif ailier aux cheveux verts, qui jouait contre son modèle Neymar et a fait souffrir Nuno Mendes, ou « Pierrot », comme le public appelle le buteur haïtien, et Chery n’ont plus eu de bonnes balles.

Ce dernier a tiré un coup franc qui aurait pu être dangereux, mais qui a fini au-dessus du but – l’équipe française de commentateurs de RMC Sport s’est, à ce moment-là, étonnée d’un comportement bien peu européen, alors que le gardien israélo-américain Josh Cohen est venu au milieu du terrain donner des conseils de placement aux joueurs sur un coup franc ; les mêmes commentateurs ont aussi été bien étonnés à l’issue du match, quand les Israéliens sont restés longuement discuter avec leurs proches et leurs supporters au pied des tribunes.

FT ????⚪️#MACPSG #יאללהמכבי

Posted by ‎מועדון כדורגל מכבי חיפה Maccabi Haifa FC‎ on Wednesday, September 14, 2022

Alors que le spectacle a baissé en intensité, un spectateur est entré sur le terrain et s’est approché de Messi jusqu’à le bousculer un peu avant d’être maîtrisé par les stadiers.

Achraf Hakimi est entré à la place de Mukiele et s’est fait huer par le public, pour une ancienne prise de position pro-palestinienne – il a réagi aux sifflets en se bouchant l’oreille.

Puis Neymar, en dessous de son niveau stratosphérique du début de saison, a permis de reparler de football. Le Brésilien a verrouillé la victoire de son équipe en contre-attaque, sur une belle ouverture de Verratti, douchant les derniers espoirs de Haïfa à la 88e minute.

Malgré la défaite, Haïfa a su garder des étoiles plein les yeux. Ce mercredi, le public et les médias sportifs israéliens retiennent presque davantage les 13 minutes pendant lesquelles le club israélien a mené plutôt que le score final.

« Le score final ne restera pas dans les mémoires », a indiqué le site Web de Sport5, « mais ces 13 minutes, et d’autres minutes incroyables tout au long du match, ne seront jamais oubliées ».

L’attaquant argentin du Paris Saint-Germain Lionel Messi contrôle le ballon lors du match de football du groupe H de l’UEFA Champions League entre le Maccabi Haïfa et le Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« C’est un peu étrange à dire, mais nous nous sommes sentis trop à l’aise », a déclaré Barak Bakhar, entraîneur de Haïfa, en conférence de presse. « Cela ne suffit pas d’avoir la possession, ils pouvaient nous punir, c’est difficile de jouer à ce niveau. Nous nous sommes battus sur tous les ballons, mais ça ne suffit pas. C’est frustrant, nous avons deux occasions de 2-1, notamment celle de Chery. Nous avons pressé, nous ne sommes pas restés derrière, nous nous sommes créé autant d’occasions que le PSG. Mais nous avons perdu contre une équipe meilleure que nous. Maintenant nous attend un match à la Juventus, il faut nous préparer, mais je pense que nous pouvons prendre des points dans ce groupe. »

Neta Lavi, capitaine et milieu du Maccabi Haïfa, a lui déclaré : « Merci à nos supporters, jusqu’à la dernière minute nous les avons entendus. Ce soir c’était difficile, l’adversaire est très fort, nous sommes fiers de la façon dont nous avons joué, mais pas du résultat. »

Mbappé a convenu au micro de Canal+ que « le fait que nous trois [lui, Messi et Neymar] puissions faire la différence dans un match est un avantage pour nous ».

« On s’est fait un peu endormir et on concède ce premier but », a-t-il ajouté. « Après on a bien réagi. On a commencé à installer notre jeu et à faire des différences. On a pu mettre le deuxième et assurer le spectacle à la fin avec le troisième. Il faut s’améliorer. Il faudra qu’on travaille. On travaille, on bosse la semaine mais maintenant il faut qu’on ait des résultats rapidement dans le jeu parce que les choses importantes vont arriver vite avec la coupure et notamment la Coupe du monde. »

Le gardien de but du Maccabi Haïfa Josh Cohen concède un but lors du match de football du groupe H de l’UEFA Champions League entre le Maccabi Haïfa et le Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Danilo Pereira, défenseur portugais du PSG, a lui estimé que « c’était un match difficile avec une très grosse ambiance, une équipe qui a bien pressé. Notre début de match n’était pas bon, trop mou. On a manqué de mouvements lors de la sortie du ballon. L’adversaire presse bien dans ces moments-là. On a essayé d’avoir plus de mouvements ensuite. Quand on est comme ça, le jeu est moins difficile. Physiquement, c’est difficile aussi parce qu’on joue beaucoup de matchs tous les trois jours. Quand les matchs sont physiques, on ressent de la fatigue ».

« [Haïfa] a poussé fort dans une très bonne ambiance », a déclaré l’entraîneur du PSG Christophe Galtier à RMC Sport. « Nous n’étions pas bien organisés, nous nous sommes rapidement séparés en deux, et cela a rendu la première mi-temps difficile. Il fallait remettre les choses au point et, après la pause, nous étions beaucoup plus compacts. »

« En première période, il y a eu confusion sur la manière de défendre avec le bloc équipe », a-t-il ensuite ajouté en conférence de presse. « Mais en deuxième période c’était totalement différent, nous étions beaucoup mieux organisés avec des équilibres très importants. On a posé notre jeu, on s’est créé beaucoup de situations favorables, et nous avons marqué dans des zones clairement identifiées. Ce n’est pas un coup de fatigue, il y a des adversaires qui travaillent sur nous comme nous sur eux. Il nous faut travailler sur la manière dont on doit s’organiser pour éviter de prendre des vagues, c’était un peu le cas contre Brest [le week-end dernier en Ligue 1], et beaucoup ce soir en première période. Il y avait une grosse ambiance de Ligue des champions, c’est agréable de jouer comme ça. Le carton jaune de Neymar ? J’ai échangé avec l’arbitre, il a considéré qu’il y avait une célébration [après son but] un peu trop excessive [il a fait une grimace, qu’il fait régulièrement, qui a été considérée par l’arbitre comme se moquant de l’adversaire]. J’ai trouvé que c’était un carton très, très sévère. Hakimi n’a pas démarré tout simplement parce qu’il venait d’enchaîner huit matchs sur neuf, pas par rapport à l’environnement ou ce qui s’est passé au Trophée des champions [il avait été sifflé par le public de Tel Aviv pour son soutien à la cause palestinienne]. »

Des supporters allument des fumigènes lors d’un match du groupe H de la Ligue des champions entre le Maccabi Haïfa et le Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Avant le match, les tickets se sont revendus à prix d’or, tant la rencontre a créé un fort engouement en Israël. Un supporter qui n’avait pas de billet s’est vu proposer une place au tarif de 1 000 euros, a rapporté Le Parisien.

« Je pense que ce ne sont pas de vrais tickets. Il y en a beaucoup qui sont faux et ça m’énerve beaucoup », a-t-il déploré, assis devant le stade quelques heures avant le coup d’envoi.

« On m’a proposé beaucoup d’argent », a déclaré un autre, étudiant. « Au moins 400 euros. Ça montre vraiment à quel point les habitants de Haïfa sont excités par ce match. »

« C’est compliqué pour tout le monde d’avoir des places, moi, personnellement je n’aurais pas payé 20 000 shekels (environ 5 800 euros). Mais si on m’avait proposé une place à 1 500 shekels (environ 400 euros), je l’aurais prise. Mbappé, Messi, Neymar qui viennent en Israël, c’est un rêve pour beaucoup de personnes ici », a témoigné un autre, supporter du PSG.

Une action face à Gianluigi Donnarumma, gardien de but italien du Paris Saint-Germain, lors du match du groupe H de l’UEFA Champions League entre le Maccabi Haïfa et le Paris Saint-Germain au stade Sammy Ofer, à Haïfa, le 14 septembre 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Cette victoire place le PSG en tête du groupe H du tournoi européen, avec le même nombre de points que le Benfica Lisbonne, qui a gagné 1-2 ce mercredi face à la Juventus après avoir battu le Maccabi 2-0 la semaine dernière au Portugal.

Haïfa, classée dernière parmi les 64 équipes de la phase de poules, est ainsi également dernière de son groupe, derrière la Juventus, qui a également zéro point mais une meilleure différence de buts encaissés. Les deux équipes s’affronteront en Italie le 5 octobre, puis en Israël la semaine suivante, tandis que le Benfica affrontera aux mêmes dates le PSG. Les deux meilleures équipes du groupe accéderont aux huitièmes de finale, une place qu’aucune équipe israélienne n’a jamais atteint.

Peu d’équipes israéliennes n’ont même jusqu’alors atteint le niveau de la phase de groupes de la Ligue des champions. Il s’agit de la troisième fois pour le Maccabi Haïfa. Le Maccabi Tel Aviv s’est lui qualifié deux fois pour la phase de groupes, et l’Hapoël Tel Aviv une fois.

Haïfa se rendra au Parc des Princes à Paris le 25 octobre pour affronter à nouveau le PSG en match retour – une rencontre là aussi grandement attendue par les supporters israéliens, ainsi que par la communauté française d’Israël et par les soutiens de l’État d’Israël en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...