Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Des dizaines de terroristes tués dans le nord de Gaza ; 200 arrestations en une semaine

Tsahal a intentionnellement provoqué la fuite de dizaines d'hommes du Hamas avant une frappe aérienne ; des roquettes visent le sud pour la première fois en près de 48 heures

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 23 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 23 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a fourni samedi des détails sur la guerre qu’elle mène actuellement contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, faisant état de fusillades et de frappes contre des terroristes, ainsi que d’arrestations.

Le Hamas a également fait état de frappes dans plusieurs villes du territoire, quelques heures après que les puissances mondiales ont exigé, lors d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU, que davantage d’aide soit autorisée dans le territoire palestinien.

Au cours d’opérations terrestres dans la partie sud de la ville de Gaza, l’armée israélienne a déclaré que les troupes de la Brigade de réserve Yiftah ont mené une embuscade contre le Hamas, conduisant à la mort de dizaines de terroristes.

Tsahal a indiqué que les soldats ont ouvert le feu d’une manière trompeuse pour faire fuir des dizaines de terroristes dans un bâtiment utilisé comme centre de commandement. Le bâtiment a ensuite été frappé par un avion de chasse.

Dans le sud de Gaza City, l’armée a indiqué que les tireurs d’élite de la Brigade Yiftah ont tué plusieurs hommes armés du Hamas qui s’apprêtaient à attaquer les troupes.

D’autres bâtiments identifiés par la brigade comme étant utilisés par le Hamas dans la région ont été frappés par des avions, a ajouté Tsahal.

Dans une zone non spécifiée de la ville de Gaza, l’armée a indiqué que les troupes de la 14ème Brigade Blindée de Réserve ont identifié un groupe de terroristes du Hamas et ont fait appel à une attaque aérienne.

Dans la zone du camp de Shati, à Gaza, la 14e Brigade a identifié trois autres tireurs du Hamas qui avaient ouvert le feu sur eux. La brigade a fait appel à une frappe aérienne pour tuer les trois terroristes.

Les interventions dans la ville de Gaza montrent que même si l’armée israélienne a le contrôle opérationnel de la zone, elle continue à lutter contre des cellules plus restreintes du Hamas.

Tsahal a indiqué que pendant ce temps, dans le centre de Gaza, la 179e brigade du Corps Blindé a trouvé une cache d’armes dans une garderie, notamment des mortiers, des roquettes et d’autres explosifs.

Un soldat de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 23 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Des nuages de fumée grise et noire se sont élevés au-dessus de la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, après les frappes de la matinée de samedi.

Le ministère de la Santé, contrôlé par le Hamas, a indiqué que 18 personnes auraient été tuées lors d’une frappe sur une maison du camp de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, et a précisé que d’autres cibles auraient été touchées en amont et en aval de la bande côtière.

L’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont annoncé samedi que plus de 200 terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont été capturés dans la bande de Gaza au cours de la semaine écoulée, et emmenés pour interrogatoire.

Le communiqué conjoint indique que des centaines de suspects ont été arrêtés dans la bande de Gaza au cours de la semaine dernière, dont plus de 200 ont été amenés en Israël pour être interrogés par le Shin Bet et l’Unité 504 du Directorat des Renseignements militaires.

Le Shin Bet précise que certains des terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien se cachaient parmi les civils et qu’ils se sont ensuite livrés aux troupes.

Depuis le début de l’incursion terrestre de l’armée israélienne, plus de 700 terroristes ont été arrêtés et ramenés en Israël, selon Tsahal.

Après une accalmie de près de 48 heures, des roquettes ont été lancées samedi en début d’après-midi depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël.

L’attaque a déclenché des sirènes dans la communauté frontalière de Kfar Aza, en grande partie évacuée. Aucun dégât ni blessé n’a été signalé. Les habitants ont signalé avoir vu quatre missiles d’interception abattre les projectiles qui arrivaient.

Les soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 23 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le rythme des tirs de roquettes en provenance de Gaza s’est considérablement ralenti au cours des dernières semaines, alors que Tsahal étend son incursion terrestre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Vendredi, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution exigeant l’acheminement « à grande échelle » de l’aide humanitaire à Gaza tout en « créant les conditions » d’une fin de la guerre entre Israël et le Hamas.

La résolution « demande que des mesures urgentes soient prises pour permettre immédiatement un accès humanitaire sûr, sans entrave et élargi et pour créer les conditions d’une cessation durable des hostilités ».

C’est la première fois depuis le début de la guerre que le Conseil adopte une résolution incluant un libellé relatif à la « cessation des hostilités », mais il n’a pas encore exigé un cessez-le-feu immédiat et permanent, auquel les États-Unis et Israël s’opposent.

La résolution réaffirme celle approuvée le mois dernier, qui prévoyait des pauses temporaires dans les combats, et demande à nouveau la libération de tous les otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza.

La résolution présentée par les Émirats arabes unis a été adoptée par 13 voix pour (3 permanents : France, Royaume-Uni, Chine ; 10 temporaires : Albanie, Brésil, Émirats arabes unis, Équateur, Gabon, Ghana, Japon, Malte, Mozambique, Suisse) et zéro contre. Les États-Unis et la Russie se sont abstenus, les premiers expliquant que le projet ne condamnait pas le Hamas, tandis que la Russie estimait qu’il n’appelait pas à un cessez-le-feu immédiat.

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vasily Nebenzya, a tenté de faire ajouter à la dernière minute un amendement appelant à « une cessation urgente et durable des hostilités », en abandonnant la phrase sur la « création de conditions » à cette fin. C’est la formulation utilisée dans le projet original de la résolution soumis lundi.

Les États-Unis s’étaient alors opposés à cette formulation et l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a exercé son droit de veto pour empêcher l’adoption de la résolution vendredi. Le vote de vendredi est intervenu après des jours d’intenses négociations et de retards nécessaires pour obtenir l’adhésion des États-Unis à la proposition qui a finalement été adoptée.

Le représentant de l’Autorité palestinienne (AP) auprès des Nations unies a qualifié la résolution du Conseil de sécurité de « pas dans la bonne direction », mais a répété ses appels à un cessez-le-feu immédiat.

« Elle doit être mise en œuvre et s’accompagner d’une pression massive en faveur d’un cessez-le-feu immédiat. Je répète, un cessez-le-feu immédiat », a déclaré Riyad Mansour.

Vendredi, Tsahal a commencé à demander aux habitants de la ville de Bureij, au centre de Gaza, d’évacuer vers le sud et de se diriger vers les abris de Deir al-Balah, alors que l’incursion terrestre de l’armée s’étendait, alors que le ministre de la Défense a émis une nouvelle menace contre le chef du Hamas, Yahya Sinwar, et que l’armée a révélé un nouveau réseau majeur de tunnels du Hamas.

Le lieutenant-colonel Avichay Adraee, porte-parole de l’armée israélienne en langue arabe, a publié une carte des zones à évacuer.

Adraee a également précisé que la principale autoroute nord-sud de Gaza, Salah ad-Din, dans les zones situées au nord-est de Khan Younès, reste une « zone de combat ». Il précise que Tsahal facilitera la circulation des civils par une route de contournement le long de la côte.

En outre, Adraee a indiqué que l’armée israélienne fera des « pauses tactiques dans les activités militaires » dans les quartiers ouest de Rafah, dans le sud de Gaza, entre 10h et 14h, à des « fins humanitaires ».

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a émis une nouvelle menace vendredi soir contre Yahya Sinwar, disant que le chef du Hamas à Gaza allait bientôt « se retrouver face aux canons de nos fusils ».

Gallant a affirmé que Tsahal « achevait progressivement » ses objectifs dans le nord de Gaza, tout en opérant également dans la région de Khan Younès et dans le sud de Gaza, et qu’il opérerait dans d’autres endroits à l’avenir.

L’armée a révélé plus tard vendredi qu’elle avait découvert un autre grand réseau de tunnels du Hamas dans la partie sud de la ville de Gaza, en publiant des images montrant un chien de l’unité canine Oketz en train de scruter les passages souterrains.

Selon Tsahal, le réseau fait des centaines de mètres de long et comprend des salles de commandement, des entrepôts et de grandes aires de repos dotées d’électricité, de lignes de communication et d’eau.

Le tunnel a été découvert par Tsahal après que des troupes de la Brigade Yiftah et des ingénieurs de combat ont affronté des terroristes du Hamas dans un complexe principal appartenant au groupe terroriste à Gaza City, à proximité de l’hôpital al-Quds.

Les tunnels ont ensuite été détruits par le Génie Militaire et la 99e division.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a annoncé vendredi que Tsahal était sur le point de prendre le « contrôle opérationnel » du nord de la bande de Gaza, alors que les opérations se poursuivent dans la partie sud de la bande.

Hagari a déclaré lors d’une conférence de presse que les troupes se battaient contre le dernier bataillon du Hamas encore debout, dans les quartiers de Daraj et Tuffah de la ville de Gaza, et qu’elles continuaient à combattre le groupe terroriste palestinien dans d’autres zones du nord de la bande de Gaza, bien qu’à une « intensité moindre ».

L’armée a annoncé vendredi la mort de trois militaires supplémentaires, tués lors de combats contre le Hamas dans la bande de Gaza et à la frontière avec le Liban, ce qui porte à 140 le bilan, depuis le 27 octobre, début de l’incursion terrestre dans l’enclave palestinienne.

Il s’agit du sergent de première classe (rés.) Tal Shua, originaire de Beer Sheva et âgé de 31 ans, membre du 7071e bataillon du Corps du Génie Militaire ; le lieutenant Shaï Ayeli, originaire d’Ashkelon et âgé de 21 ans, cadet du bataillon Gefen de l’école d’officiers Bahad 1, qui servait auparavant dans l’unité 669 de l’armée de l’air ; et le sergent Amit Hod Ziv, 19 ans, du 71e bataillon de la 188e brigade du Corps Blindé Mécanisé, originaire de Rosh Haayin.

Le sergent de première classe (rés.) Tal Shua, 31 ans, à gauche, et le lieutenant Shai Ayeli, 21 ans, à droite, tombés au champ d’honneur au combat à Gaza, le 21 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a par ailleurs signalé qu’un réserviste et deux autres soldats avaient été grièvement blessés lors de combats dans le nord et le sud de Gaza.

Un autre opérant dans la même unité qu’Amit Hod Ziv a été grièvement blessé lors d’une attaque à la roquette du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah lancée le matin-même depuis le Liban sur la région de Shtoula dans le nord d’Israël.

L’annonce d’Adraee concernant les évacuations est intervenue un jour après que l’armée a déclaré avoir étendu son opération terrestre dans le centre de la bande de Gaza à de nouvelles zones.

Selon Tsahal, sa 99e division a manœuvré dans de nouvelles zones du centre de Gaza pour établir un « contrôle opérationnel » au sud de la ville de Gaza et au nord de ce que l’on appelle les camps centraux du centre de Gaza.

L’armée a également annoncé jeudi qu’elle avait établi un « contrôle opérationnel » total sur le quartier Shejaiya de la ville de Gaza, qui a connu certains des combats les plus violents pendant l’opération terrestre contre le Hamas, et qu’elle avait démantelé les « capacités essentielles » du Hamas dans la zone.

Tsahal a déclaré que des dizaines de puits de tunnel, découverts dans des maisons, des écoles et des dispensaires, avaient été détruits, de même que des caches d’armes. Les soldats de la Brigade Golani ont perquisitionné les maisons de membres haut placés du Hamas et ont saisi du matériel de renseignement à Shejaiya, et que la 188ème Brigade Blindée a capturé le quartier général du bataillon de Shejaiya du Hamas, d’où les terroristes sont partis pour mener l’attaque du 7 octobre dans le sud d’Israël.

La Brigade des Parachutistes, quant à elle, a démoli plus de 100 bâtiments utilisés par le Hamas dans la région, a localisé des dizaines de puits de tunnels et a arrêté de nombreux terroristes qui s’étaient rendus, parmi lesquelles un commandant de compagnie du Hamas et des terroristes qui ont participé aux massacres du 7 octobre, a indiqué Tsahal.

Des terroristes palestiniens ont également tiré des dizaines de roquettes sur le sud et le centre d’Israël jeudi, mettant un terme à une période de près de deux jours sans qu’aucun projectile ne soit tiré sur le pays depuis Gaza.

La démolition d’un réseau de tunnels sous la « Place de la Palestine » de Gaza City, le 21 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La salve de jeudi sur le centre d’Israël a brisé l’espoir que l’opération militaire ait réduit la capacité des terroristes de Gaza à tirer des roquettes. Tsahal continue d’avertir les civils de suivre les instructions d’urgence du Commandement du Front Intérieur, alors même que les tirs de roquettes en provenance de Gaza ont considérablement ralenti.

Israël a lancé sa vaste opération militaire contre le Hamas à la suite de l’assaut sanglant du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste lors duquel des milliers de terroristes ont assailli Israël par la terre, la mer et l’air, massacrant 1 200 personnes, principalement des civils, et prenant en otage plus de 240 autres personnes.

Plus de 20 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.