Rechercher

Deux amis de la famille d’Eliyahu David Kay rejetés à l’aéroport Ben Gurion

Ces deux sud-Africains, partis avant l'annonce des nouvelles restrictions, jeudi soir, ont dû transgresser Shabbat, affirmant avoir été "traités comme des criminels"

Eliyahu David Kay, tué dans un attentat terroriste à Jérusalem le 21 novembre 2021. (Crédit : Instagram / HaShomer HaChadash)
Eliyahu David Kay, tué dans un attentat terroriste à Jérusalem le 21 novembre 2021. (Crédit : Instagram / HaShomer HaChadash)

Plusieurs ressortissants étrangers en provenance d’Afrique du sud ont été interdits d’entrée en Israël, vendredi, après l’annonce par le gouvernement de nouvelles mesures visant à réduire la propagation du variant Omicron, une nouvelle mutation du coronavirus très contagieuse. Parmi eux se trouvaient deux personnes venues soutenir la famille d’Eliyahu David Kay qui a été assassiné dans un attentat terroriste survenu à Jérusalem, la semaine dernière.

Les deux passagers, en compagnie de trois autres, avaient quitté l’Afrique du sud avant l’annonce de l’interdiction de l’entrée sur le territoire israélien des voyageurs en provenance d’une grande partie de l’Afrique, jeudi soir. Les cinq personnes ont dû repartir en embarquant à bord d’un vol dès vendredi, transgressant ainsi Shabbat, malgré leurs supplications de rester jusqu’à la fin de la journée de juive de repos, ont-elles raconté au site d’information Walla.

Ilana Smith, une amie de la mère de Kay, a déclaré que les passagers « ont été traités comme des criminels. Nous avons posé des questions et on nous a crié dessus en nous disant de nous taire et de ne pas poser de questions. Pour ma part, je leur ai dit que je ne pouvais pas profaner le Shabbat et ils m’ont répondu que je serais arrêtée si je n’embarquais pas à bord de l’avion. Je n’ai pas mangé pendant 24 heures et pour la toute première fois de mon existence, j’ai transgressé Shabbat ».

Brian Blumnau, un ami du frère de Kay, a dit qu’il était favorable aux mesures qui permettent de sauver des vies mais « nous avons décollé avant que la décision ne soit prise… Je n’étais même pas au courant. En tant que Juif sioniste, en tant que soutien d’Israël, je m’attendais à ce que les responsables nous entendent et qu’ils ne nous jettent pas dans un avion à quelques heures de Shabbat. Ce n’est pas possible qu’un État juif agisse de cette manière. »

Jeudi soir, le gouvernement a interdit les arrivées de plusieurs nations africaines pour tenter d’empêcher la propagation en Israël du variant Omicron du coronavirus.

Il a interdit, samedi soir, l’entrée de pratiquement tous les étrangers pendant une période de deux semaines, pour s’accorder le temps nécessaire afin d’évaluer la gravité de la menace posée par ce nouveau variant.

Des voyageurs à l’aéroport Ben Gurion, le 31 octobre 2021. (Crédit : Nati Shohat/ Flash90)

Kay, âgé de 26 ans, qui avait immigré récemment depuis l’Afrique du sud et qui travaillait comme guide touristique au mur Occidental, est mort dimanche dernier lors d’un attentat à l’arme à feu survenu dans la Vieille Ville de Jérusalem. Des milliers de personnes avaient pris part à ses funérailles, lundi.

Kay se rendait à son travail quand le terroriste, Fadi Abu Shkhaydam, un habitant de Jérusalem et membre du groupe terroriste palestinien du Hamas, avait ouvert le feu, le touchant mortellement. L’attentat avait fait quatre autres blessés. Abu Shkhaydam avait été tué par la police sur les lieux à l’issue d’un court échange de coups de feu.

Avant de travailler au mur Occidental, Kay avait fait du bénévolat au Kibboutz Nirim, dans le sud d’Israël, pendant un an.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...