Rechercher

Une Arabe israélienne condamnée à mort aux EAU pour un demi-kilo de cocaïne

Arrêtée en mars 2021, Fida Kiwan affirme que la drogue ne lui appartient pas ; la peine pourrait être révisée en appel

Fida Kiwan (Crédit : Autorisation)
Fida Kiwan (Crédit : Autorisation)

Une Israélienne, Fida Kiwan, a été reconnue coupable de possession d’un demi-kilogramme de cocaïne et condamnée à mort mardi à Dubaï.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que « l’affaire était connue et prise en charge par le service consulaire et nos représentants aux Emirats ».

Kiwan, résidente de Haïfa âgée de 43 ans et propriétaire d’un studio de photographie, se serait rendue à Dubaï à l’invitation d’une connaissance palestinienne il y a un an, pour y travailler.

Selon le site d’information Ynet, elle aurait été arrêtée peu de temps après, le 17 mars 2021, la perquisition de son appartement ayant révélé la présence de la drogue.

Sa famille affirme que cette drogue ne lui appartenait pas. Des aveux lui ont été extorqués, a assuré mardi son frère, interrogé par la chaîne publique israélienne Kan.

Son avocat aux Emirats devrait faire appel de la décision et son avocate israélienne, Tami Ullmann, a indiqué à l’AFP depuis Haïfa que Kiwan va faire appel de ce verdict dans les 30 prochains jours.

Des responsables proches de l’affaire ont confié au Times of Israel s’attendre à ce que la peine soit commuée, en appel, en une longue peine de prison.

La justice aux Emirats, dont la législation est très stricte en matière de stupéfiants, commue souvent la peine de mort pour trafic de drogue en détention à perpétuité.

Ce n’est pas la première fois que les Émirats arabes unis saisissent une importante quantité de drogue sur un ressortissant israélien. En octobre 2021, un Israélien – Halil Dasuki, 31 ans, de Lod – avait été arrêté à Dubaï dans le cadre de soupçons liés à sa participation à un trafic portant sur une demi-tonne de cocaïne destinée à Israël, via les Émirats arabes unis.

À l’époque, la police émiratie avait déclaré avoir déjoué la tentative de contrebande grâce à un tuyau reçu identifiant le conteneur transportant la marchandise.

Elle avait indiqué qu’un suspect « d’origine moyen-orientale » avait été arrêté, suspecté d’être un intermédiaire pour un organisation criminelle internationale spécialisée dans le trafic de drogue.

La police montre un paquet de cocaïne saisi aux Émirats arabes unis. (Crédit : Screenshot/Walla)

L’avocate de Kiwan a appelé le gouvernement israélien à exercer une pression diplomatique sur l’État du Golfe au sujet de cette affaire, en rappelant que le gouvernement l’a déjà fait dans d’autres cas.

« La famille m’a contactée hier et je me tourne vers les autorités israéliennes pour qu’elles déploient tous leurs atouts face aux autorités de Dubaï. Le Premier ministre précédent a déjà ramené dans un avion israélien [une femme] condamnée en Russie. L’État a donc la capacité d’intervenir », a déclaré l’avocate Tami Ullman à la chaîne publique Kan, en référence à Naama Issachar, une Israélienne qui avait été condamnée à une peine de prison pour avoir transporté près de 10 grammes de marijuana lors d’une escale à Moscou.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu avait profité des déboires d’Issachar pour faire étalage de ses capacités diplomatiques devant ses électeurs, allant jusqu’à faire un arrêt imprévu à Moscou pour la ramener dans son avion, après que les médias israéliens en ont fait une cause célèbre.

Un ami de Kiwa, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat à nos confrères de Ynet, a également comparé ce cas à celui d’Issachar.

« Pour Fidaa, nous n’avons entendu aucune condamnation, il n’y a eu aucune aide. Ils l’ont abandonnée jusqu’à ce qu’elle soit condamnée à mort », a dit l’ami.

La famille d’Issachar avait également déploré le peu d’aide de la part du gouvernement, jusqu’à ce qu’elle se tourne vers les médias.

Israël et les Émirats arabes unis ont normalisé leurs relations en 2020 par la signature des accords d’Abraham négociés par les États-Unis, avec Bahreïn.

Les Émirats arabes unis sont, depuis lors, devenus une destination touristique et d’affaires prisée par les Israéliens et des dizaines de milliers de personnes ont visité les Émirats.

Lazar Berman et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...