Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

En France, Chagall s’expose pour la première fois en artiste politique

L'œuvre de Marc Chagall, né dans l'Empire russe au sein d'une famille juive qui avait survécu aux pogroms, est aussi traversée par la révolution russe

Le peintre français Marc Chagall, né en Russie, dans son atelier du studio Madoura  de Vallauris, le 11 juin 1952. (Crédit : MEUNIER / AFP)
Le peintre français Marc Chagall, né en Russie, dans son atelier du studio Madoura de Vallauris, le 11 juin 1952. (Crédit : MEUNIER / AFP)

Guerres, persécution et exil ont émaillé la vie de Marc Chagall, marquant profondément son œuvre. Un regard longtemps inexploré sur le peintre franco-russe, qu’ausculte à partir de samedi une exposition en France.

« C’est un artiste qui a traversé deux guerres mondiales et l’exil. C’est la raison pour laquelle sa conscience était constamment en éveil », souligne auprès de l’AFP Meret Meyer, petite-fille du peintre et co-commissaire de l’exposition « Le cri de liberté. Chagall politique » présentée au musée La Piscine de Roubaix (Nord).

L’œuvre de Marc Chagall, né dans l’Empire russe au sein d’une famille juive qui avait survécu aux pogroms, est aussi traversée par la révolution russe.

La portée politique de cette œuvre est pourtant longtemps restée en arrière-plan, en raison d’une production « qu’on avait tendance à réduire à un monde de rêves », ajoute Mme Meyer.

Tapisserie de Marc Chagall à la Knesset représentant Moïse guidant le peuple d’Israël dans le Sinaï après avoir reçu les Tables de la Loi.

C’est le cas par exemple du tableau qui ouvre l’exposition, « Commedia dell’arte » (1959).

Cette « métaphore du cirque », selon elle, regorge de références aux engagements du peintre, entre une représentation de sa ville d’origine, Vitebsk, réduite en cendres pendant la Seconde Guerre mondiale, des ponts qui « forment un lien entre les mondes » et les acrobates qui symbolisent le temps suspendu, l’incertitude.

Une sensibilité politique mise au jour ces dernières années, grâce à un « énorme travail d’inventaire, de numérisation, de traduction sur des textes particulièrement engagés et des poèmes », complète pour l’AFP Ambre Gauthier, également commissaire de l’exposition et responsable des archives du peintre.

Ces textes « permettent de mieux percevoir ce que l’artiste voulait vraiment exprimer avec ses tableaux ».

De Lénine au Christ

L’exposition met en miroir 150 tableaux, esquisses préparatoires et dessins allant du début du 20e siècle aux années 1970, avec une centaine de textes, « principalement écrits dans sa langue natale, le yiddish », et longtemps ignorés.

Ils apportent notamment un regard nouveau sur l’une des pièces maîtresses de l’exposition, le triptyque « Résistance-Résurrection-Libération » (1937-1952).

« Longtemps considéré comme un triptyque classique », c’était en réalité « une œuvre commencée en 1937 » consacrée aux vingt ans de la révolution russe, puis « découpée en trois morceaux en 1943, à un moment où d’autres événements politiques marquent profondément Chagall », explique Mme Gauthier.

Conséquence de ce changement d’intention, la figure centrale de cette œuvre, Lénine dans l’esquisse préparatoire, devient un Christ juif dans le triptyque final, entouré de victimes des pogroms et de la Shoah.

Quant au troisième pan de l’œuvre, achevé en 1952, il est « dédié à la création d’Israël » (1948), explique Meret Meyer.

Le peintre Marc Chagall en 1969. (Crédit : AP)

La destinée du peuple juif est centrale dans l’œuvre du peintre, notamment dans le tableau « Au-dessus de Vitebsk » (1922), autre œuvre majeure de l’exposition.

Y est représenté, décrit Meret Meyer, « un Juif errant porté par une énergie positive (…), un élan pour pouvoir trouver un autre domicile, une autre terre », esquissant un envol au-dessus de Vitebsk.

Jusqu’à la fin de sa vie en 1985, « la paix demeure le seul dessein de toute la trajectoire de Chagall », souligne-t-elle.

Un message qui résonne avec l’actualité, entre la guerre en Ukraine et l’exode forcé des Arméniens du Haut-Karabakh.

« Evidemment, il y a des ponts, des passages en permanence » entre l’œuvre de Chagall et ces conflits, juge Ambre Gauthier. « D’où l’importance de cette exposition, maintenant. »

Après Roubaix, où elle est visible jusqu’au 7 janvier, l’exposition sera présentée à la fondation Mapfre de Madrid du 31 janvier au 5 mai 2024, puis au musée Chagall de Nice, du 1er juin au 16 septembre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.