Gaza: un envoyé de l’ONU condamne la répression par le Hamas des manifestations
Rechercher

Gaza: un envoyé de l’ONU condamne la répression par le Hamas des manifestations

L’envoyé des Nations unies condamne le groupe terroriste, accusé de réprimer des manifestations pacifiques avec violence

Nikolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à Yad Vashem, le 28 août 2017. ( Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nikolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à Yad Vashem, le 28 août 2017. ( Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis jeudi, des centaines de Palestiniens sont descendus dans les rues à de nombreux endroits à travers la bande de Gaza pour protester contre le coût croissant de la vie dans l’enclave palestinienne.

De dizaines de personnes ont été arrêtées, dont des journalistes et des travailleurs humanitaires, alors que les forces de sécurité du groupe terroriste palestinien du Hamas ont eu recours à la violence pour disperser les manifestations, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

« Je condamne fermement la campagne d’arrestations et de violence utilisée par les forces de sécurité du Hamas contre des manifestants, dont des femmes et des enfants, à Gaza au cours des trois derniers jours », a déclaré Nickolay Mladenov, l’envoyé en Israël et dans les Territoires palestiniens dans un communiqué.

« Je suis particulièrement préoccupé du passage à tabac brutal de journalistes et de membres du personnel de la Commission indépendante pour les Droits de l’homme et de descentes qui ont visé leurs maisons ».

« Les Gazaouis qui souffrent depuis longtemps manifestaient contre la situation économique terrible et demandaient une amélioration de la qualité de vie dans la bande de Gaza. C’est leur droit de manifester sans crainte de représailles ».

Le Hamas n’a pas réagi dans l’immédiat aux propos de M. Mladenov.

Le Hamas contrôle la bande de Gaza depuis qu’il en a chassé ses rivaux palestiniens du Fatah en 2007. Les manifestations susceptibles de remettre en cause sa gestion de l’enclave sont rares et rapidement réprimées, à l’instar de celles qui dénonçaient la pénurie d’électricité il y a plus de deux ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...