Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Ibex Investors obtient 106 M$ pour un fonds destiné à soutenir 15 start-ups israéliennes

La société d'investissement basée aux États-Unis affirme que "la plupart des plus grandes innovations du monde sont le résultat direct de guerres et de conflits"

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

L'équipe du bureau de Tel Aviv de la société américaine de capital-risque Ibex Investors. (Crédit : Autorisation)
L'équipe du bureau de Tel Aviv de la société américaine de capital-risque Ibex Investors. (Crédit : Autorisation)

La société de capital-risque Ibex Investors, basée à Denver, a obtenu 106 millions de dollars de capitaux pour un fonds destiné à investir uniquement dans des start-ups israéliennes en phase de démarrage, alors que le pays en est à son cinquième mois de guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Avec ce nouveau fonds, Ibex, qui est présent en Israël depuis une dizaine d’années, prévoit de soutenir jusqu’à 15 start-ups locales en phase de démarrage dans des secteurs technologiques tels que les logiciels, les infrastructures, la cybersécurité, les outils de développement et les technologies d’assurance.

La société de capital-risque basée aux États-Unis a reçu des engagements pour le fonds, principalement de la part d’investisseurs américains, malgré deux crises survenues en Israël au cours de l’année écoulée, le plan largement controversé de refonte du système judiciaire du gouvernement et le déclenchement de la guerre, qui ont aggravé la pénurie de financement dans le secteur high-tech qui est le moteur de la croissance du pays.

« Depuis le début de la guerre, nous avons vu des fonds étrangers suspendre leurs investissements en Israël, ce qui a créé un vide sur le marché », a déclaré Nicole Priel, partenaire chez Ibex, au Times of Israel. « C’est un pari audacieux pour les investisseurs de transférer un investissement alors que de nombreux fondateurs de start-ups pourraient, quelques semaines plus tard, être mobilisés, sur le champ de bataille. »

« Mais nous connaissons des fondateurs qui ont conclu des contrats alors qu’ils se battaient à Gaza, et nous avons donc vu que cela pouvait fonctionner », a ajouté Priel.

La collecte de fonds par les start-ups et les entreprises technologiques israéliennes a chuté de 56 % l’année dernière par rapport à la même période en 2022, le secteur étant confronté à l’incertitude politique liée à la refonte judiciaire proposée par le gouvernement de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, suivie par le déclenchement de la guerre avec le Hamas à la suite des atrocités du 7 octobre, deux facteurs qui ont dissuadé les investisseurs.

Nicole Priel, qui dirige le bureau israélien de la société de capital-risque Ibex Investors, basée à Denver. (Crédit : Autorisation)

Ibex a levé les fonds entre mai et juin de l’année dernière, lorsque les protestations politiques concernant la refonte judiciaire ont marqué une période de grande incertitude pour les investisseurs, puis après l’assaut du 7 octobre, lorsque des terroristes palestiniens ont fait irruption en Israël depuis Gaza, tuant près de 1 200 personnes et en kidnappant des centaines d’autres.

Parmi les centaines de milliers de réservistes mobilisés par l’armée israélienne se trouvent de nombreux cadres supérieurs et employés travaillant dans l’industrie de la high-tech. L’absence de personnel clé dans le secteur technologique a affecté les activités quotidiennes des start-ups, ainsi que leur capacité à attirer des investisseurs étrangers et à lever des fonds.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles Israël est un bon endroit pour investir en ces temps difficiles, Priel, qui dirige le bureau d’Ibex en Israël et gère plus de 200 millions de dollars d’investissements étrangers dans des start-ups locales, a répondu que « l’entrepreneur technologique israélien possède un sens inné du dynamisme, de la créativité et de la persévérance nécessaires pour transformer les idées en réalité », et que l’environnement actuel « est un moment propice pour lancer des entreprises ».

« Dans le passé, nous avons vu Israël sortir plus fort des crises et nous sommes optimistes et reconnaissons le potentiel des start-ups qui se développent pour être plus résilientes et innovantes alors qu’elles traversent des périodes difficiles », a souligné Priel.

Fondée en 2003 et basée à Denver avec des bureaux à New York et Tel Aviv, Ibex gère un milliard de dollars d’actifs et se concentre sur les entreprises publiques et privées opérant dans des domaines tels que la cybersécurité, les logiciels d’entreprise, l’infrastructure et l’intelligence artificielle.

Depuis la création de son premier fonds israélien en 2012, Ibex a investi dans 40 start-ups israéliennes en phase de démarrage et de croissance, dont BeamUp, Appwrite, Honeycomb, Visionary.ai, Dome9 (racheté par Check Point Software Technologies Ltd.), Glassbox, Innovid, Gauzy et Cynet. La société de capital-risque, qui a ouvert son bureau de Tel Aviv en 2020, a déclaré avoir embauché deux nouveaux employés au cours du mois dernier, portant le nombre total de ses employés à sept personnes.

« Malgré la guerre en cours et la macroéconomie mondiale difficile, nos LPs [partenaires limités] reconnaissent la possibilité de réaliser des rendements exceptionnels précisément grâce à des opportunités comme celles-ci », a déclaré le fondateur et directeur des investissements d’Ibex, Justin Borus.

« La plupart des grandes innovations mondiales sont le résultat direct d’une guerre ou d’un conflit, et nous pensons que cette fois-ci ne sera pas différente. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.